Législatives : pourquoi un accord entre LFI, EELV et les communistes semble compromis

C'est une première éclaircie dans la possible union de la gauche : la direction du Parti socialiste a annoncé vendredi matin qu'elle souscrivait aux propositions de La France insoumise pour une union avant les élections législatives. Mais d'autres discussions en cours sont au point mort, notamment avec Europe Écologie-Les Verts (EELV) et le Parti communiste. Le climax de cette rupture est arrivé ces derniers jours, quand les Verts et les communistes ont successivement tenu une conférence de presse.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Les deux partis ont rendu public l’état de leurs négociations avec La France insoumise. Leur objectif était de mettre la pression sur Jean-Luc Mélenchon et enfin, obtenir un accord satisfaisant.

Des désaccords nombreux sur l'Europe et les retraites

Que ce soit vis-à-vis du programme commun ou de la répartition des sièges, les discussions s’enlisent entre EELV, le PCF et LFI. Les Verts et les communistes sont obligés de faire pression sur les Insoumis, comme Fabien Roussel qui s’impatiente. "Nous avons toujours cette ambition de faire gagner au moins 289 députés de gauches et nous disons qu’il faudrait que ça accélère un peu plus", avance l'ancien candidat communiste à la présidentielle.

Le nœud du problème, "c’est la radicalité de La France insoumise sur le programme", tacle un écolo. En effet, les désaccords sont nombreux, comme sur l’Union européenne ou les retraites. Cependant, sur plusieurs sujets, un compromis a été...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles