Législatives : comment les partis de la Nupes tirent profit de leurs divisions

© Samir Maouche / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Il y a l’union, et il y a les dissidences qui révèlent une guerre d’influence entre les partis de gauche. À Vénissieux, terre communiste du Rhône, dans l’accord de la Nupes, les Insoumis se sont réservé la 14e circonscription du Rhône  pour les élections législatives . Logiquement, le PCF veut donc la récupérer. Et en présentant Taha Bouhafs, sulfureux militant qui a finalement décidé de retirer sa candidature , LFI a offert sur un plateau un angle d'attaque à Fabien Roussel, secrétaire national du Parti communiste, pour marquer sa différence avec la formation de Jean-Luc Mélenchon .

>> LIRE AUSSIAprès le retrait de Bouhafs, tensions entre LFI et PCF sur la circonscription de Vénissieux

En Occitanie, hors de question pour la socialiste Carole Delga d'accepter l'union. Là encore, question de circonscriptions. Elle n’en a obtenu que six sur les 49 de sa région, mais c’est sur la ligne politique qu’elle tire à boulets rouges sur la France insoumise. Carole Delga se revendique de la gauche de gouvernement, loin de ce que représente à ses yeux les Insoumis.

La France insoumise face aux possibles renégociations locales

En face, LFI doit tenir, forcer les partis signataires à respecter l'accord coûte que coûte, et n'accepter aucune concession. Sinon, elle ouvre la boîte de Pandore des renégociations locales, synonyme de la fin de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Il y a la façade, un accord qui un...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles