Législatives : comment le Parti animaliste et ses 421 candidats veulent peser sur le scrutin

© AFP

Aux législatives de 2017, c’était un chat. Pour les européennes de 2019, un chien. À une semaine du premier tour du scrutin législatif, les Animalistes ont mis fin au suspense : c’est un caneton qui ornera l’affiche de campagne du parti. Comme un symbole de « l’abattage massif des animaux contre lequel nous luttons », explique Hélène Thouy, candidate Animaliste à la présidentielle qui, faute d’avoir requis les 500 parrainages, fut finalement disqualifiée de la course. En revanche, le slogan, à chaque élection, reste le même : « Si vous n’aimez pas la politique, votez pour les animaux. »

Lancés en politique en 2016, les Animalistes n’en sont donc pas à leur première bataille électorale. Et cette fois, après avoir créé la surprise aux européennes de 2019 en doublant leur score des législatives de 2017 avec 2,2 % des voix, ils ambitionnent d’aller plus loin. Et de profiter de l’exposition que leur a offerte la campagne présidentielle pour faire mieux qu’en 2017. « À l’époque, nous n’avions pas la même notoriété, veut croire Hélène Thouy. Beaucoup de Français ont appris l’existence du parti cette année. » Au total, 421 candidats porteront ses couleurs, les 12 et 19 juin. Un nouveau cru plus étoffé qu’en 2017, lequel comptait seulement 147 prétendants à la députation.

Un coup de projecteur à leur cause

Pourraient-ils, parmi les petits partis, constituer la surprise de ce scrutin ? Une chose est sûre : à la différence de 2017, quand Europe Écologie-Les Verts (EELV) faisait cava...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles