Législatives : «Je partage l'optimisme» de Mélenchon pour une union, confie Sandra Regol

Après avoir passé des années à se déchirer, la gauche tente désormais de se rassembler, et avec elle, Europe Écologie Les Verts. Après sa défaite à l'élection présidentielle , le parti écologiste négocie pour la bataille des législatives , même si cela doit être main dans la main avec Jean-Luc Mélenchon. "Vous savez, ça fait cinq ou dix ans qu'on fait tout autre chose que se rassembler les uns les autres. Donc vous m'accorderez que ça mette un peu de temps et que ce soit normal d'essayer de faire les choses au mieux", se justifie Sandra Regol, secrétaire nationale adjointe d'EELV.

Objectif : concilier les divergences

L'écologiste rappelle que la volonté d'une alliance entre la France Insoumise, le Parti socialiste, le Parti communiste et EELV est elle-même historique, mais qu'"il y a encore beaucoup de sujets à voir" pour proposer un projet commun . Pour l'élue, le plus difficile est de concilier toutes les divergences dans les propositions, d'où la longueur dans les négociations.

>> LIRE AUSSI - Législatives : pourquoi un accord entre LFI, EELV et les communistes semble compromis

"On vient de passer un quinquennat avec par exemple un ministre de la Justice, un ministre de l'Intérieur, qui passaient leur temps à être en désaccord et à s'engueuler. On voudrait bien éviter cet amateurisme aux Françaises et aux Français si nous gagnons", explique Sandra Regol.

Le problème de l'hégémonie

Le Parti socialiste suspendu les négociations ce vendredi parce qu'il soupçonne not...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles