Législatives en Malaisie: pas de majorité claire dans un scrutin ultra-serré

REUTERS - LAI SENG SIN

En Malaisie, les résultats des élections législatives de ce samedi 19 novembre sont tombés au compte-goutte, mais au bout d’une longue nuit, la coalition multi-ethnique Pakatan Harapan (Alliance de l’Espoir) dépasse de justesse la coalition conservatrice islamique Perikatan Nasional. Mais aucun de ces deux camps n’est en mesure d’obtenir une majorité absolue au Parlement, ce qui les amène donc à convoiter les autres partis du scrutin pour espérer gouverner.

De notre correspondante à Kuala Lumpur,

Plus que jamais, en ce soir de scrutin, la vie politique malaisienne ressemble à un jeu de poker menteur. En l’absence de majorité absolue, le champ des possibles est encore large avant que la Malaisie ne connaisse le nom de son prochain Premier ministre. Selon la Constitution, le roi est effectivement censé nommer le prochain dirigeant en choisissant pour cela le député plébiscité par une majorité du Parlement. Mais il manque 29 sièges au Pakatan Harapan pour qu’Anwar Ibrahim, son candidat, soit nommé par le monarque.

Cette absence de certitude n’empêche pas les deux principaux camps de déjà fanfaronner, avec du côté de la coalition conservatrice islamique, un Muhyiddin Yassin pas avare en promesse de succès : « Je suis en train de parler avec les partis régionalistes de Bornéo, afin de pouvoir former un gouvernement », a-t-il assuré devant un parterre de journalistes.

Faiseurs de roi

Élections après élections, ces partis régionaux de Bornéo se sont forgés la réputation d’être souvent les faiseurs de roi d’un scrutin en apportant leur nombre de députés à un camp ou un autre.


Lire la suite sur RFI