Législatives: Macron critique le programme "totalement immigrationniste" du Nouveau Front populaire

Emmanuel Macron a justifié ce mardi 18 juin sa décision de dissoudre l'Assemblée nationale, "la solution la plus responsable" à ses yeux, taxant le programme du Nouveau Front populaire de "totalement immigrationniste", tandis que le chef de file du RN Jordan Bardella a dit qu'il "refuserait d'être nommé" à Matignon sans majorité absolue à l'issue des législatives.

Le président de la République "est-il toujours dans la réalité? Il veut couper les routes de la résistance au RN au deuxième tour? Alerte", a fustigé sur X le leader insoumis, Jean-Luc-Mélenchon.

"Pour lui, mieux vaut le national autoritaire que le Front populaire"

Emmanuel Macron a aussi taclé une gauche qui propose "des choses complètement ubuesques comme aller changer de sexe en mairie". Des propos "indignes" pour le fondateur de LFI qui estime que le président "ignore la dose de souffrances que cela implique pour les personnes concernées".

Une indignation partagée par François Ruffin, à l'initiative du Nouveau Front populaire. "Macron a choisi son camp. Pour lui, mieux vaut le national autoritaire que le Front populaire", a-t-il lancé.

"Après avoir moqué la déjudiciarisation du changement de sexe proposée par la gauche, le président poursuit la stratégie mise en oeuvre avec la loi Immigration et qui a mis le RN aux portes du pouvoir. Cynique et irresponsable", dénonce également le président de SOS Racisme, Dominique Sopo.

La sortie d'Emmanuel Macron a choqué à gauche car le terme "immigrationiste" est régulièrement utilisé à l'extrême droite.

"Vous pouvez bloquer le front populaire et son programme liberticide, communautariste, anti-économique, immigrationiste", écrivait encore sur son compte X le porte-parole du RN Philippe Ballard ce mardi 18 juin, quelques heures avant la prise de parole du président de la République.

Article original publié sur BFMTV.com