Législatives : Macron continue de pilonner Mélenchon qui y voit de la «panique»

© SAMEER AL-DOUMY / AFP

"Un projet d'interdictions et de taxations" : Emmanuel Macron et Elisabeth Borne ont mercredi de nouveau pris pour cible Jean-Luc Mélenchon qui a lui estimé que c'était un signe de "panique à bord", à quatre jours du premier tour de législatives . En déplacement à Clichy-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, terres favorables à M. Mélenchon, le chef de l'Etat, en a remis une couche en fin d'après-midi, fustigeant, lors d'un bain de foule de plus d'une heure, le "projet d'interdictions et de taxation" de la Nupes .

Le pays a "besoin de stabilité"

"Leur projet explique aux gens qu'on va leur interdire de couper les arbres chez eux. Il y a 20 taxations nouvelles. Ce n'est pas un bon projet pour le pays", a lancé Emmanuel Macron, qui a notamment assisté à un spectacle de hip-hop, reprenant les arguments déroulés par son camp depuis le week-end en estimant que le pays avait "besoin de stabilité et d'ambition".

"Je ne pense pas que des gens qui viennent du socialisme ou de forces politiques républicaines puissent tenir des propos sur la justice, sur la police comme ceux qu'a tenus Jean-Luc Mélenchon", a encore estimé le président de la République, en allusion à la polémique lancée après les critiques du leader de Nupes contre la police.

>> LIRE AUSSI - Le programme de Mélenchon, une «catastrophe pour la France», selon Pannier-Runacher

Vives attaques d'Elisabeth Borne aussi qui tenait une réunion publique à Vire, dans le Calvados où elle est candidate : elle a vu des "convergenc...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles