Législatives: Mélenchon galvanise la Nupes et croit en ses "chances de gagner"

Jean-Luc Mélenchon, en meeting à Paris, le 1er juin 2022 - STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Jean-Luc Mélenchon, en meeting à Paris, le 1er juin 2022 - STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

"Nos chances de gagner sont assez élevées" aux législatives des 12 et 19 juin, a affirmé Jean-Luc Mélenchon en meeting de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) ce mercredi soir à Paris. LFI, EELV, PS, PCF, Générations, "nous nous sommes rassemblés pour dire au pays, 'Nous sommes une alternative si vous avez compris que ça ne peut plus durer comme c'est là'", a déclaré l'ancien candidat à la présidentielle.

"Une autre vision du monde"

Derrière lui étaient réunis plusieurs des candidats de la Nupes dans la capitale, dont le chef d'EELV Julien Bayou, la finaliste de la primaire écologiste Sandrine Rousseau, la directrice de communication de sa campagne Sophia Chikirou ou encore l'antispéciste Aymeric Caron.

"Ce que nous portons c'est une autre vision du monde et de la société. Je ne vous dis pas que, du jour au lendemain, nous créerons un paradis, mais nous ferons cesser l'enfer", a scandé Jean-Luc Mélenchon, très acclamé par les 1500 personnes annoncées par LFI tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de la salle.

Ecole et hôpital en difficulté, montée de la pauvreté, "inaction climatique" et même "pour assurer la tranquillité d'un match de foot": "l'Etat s'effondre autour de nous", a-t-il soupiré.

Or lui veut augmenter les dépenses publiques de 250 milliards, et récupérer 270 milliards de recettes grâce au levier que cela est supposé activer. "Depuis quand l'argent est un obstacle quand on est la puissance publique?"

"On est bien mieux ici que dans le camp d'en face"

Des sondages donnent LREM et ses alliés et la Nupes au coude-à-coude autour de 28% des intentions de vote. En nombre de députés, la Nupes deviendrait selon les projections la deuxième formation à l'Assemblée nationale avec entre 165 et 195 sièges.

"Si les gens pensent qu'on peut gagner, ils vont descendre voter par paquet, par grappe, par wagons", a prévenu Jean-Luc Mélenchon, suscitant des "On va gagner" de la salle.

Quelques minutes plus tôt, Julien Bayou s'est aussi réjoui: "On est rassemblés et plus forts que jamais. On est bien mieux ici que dans le camp d'en face, eux sont stressés, car ils ne font pas campagne".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles