Législatives dans le Lot-et-Garonne: Guerini salue le retrait d'un candidat de la majorité "pour faire barrage à l'extrême droite"

Le député Alexandre Freschi en juin 2020 à l'Assemblée nationale - STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Le député Alexandre Freschi en juin 2020 à l'Assemblée nationale - STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Une triangulaire en moins ? Le député de la majorité sortant de la deuxième circonscription du Lot-et-Garonne Alexandre Freschi, en ballotage défavorable à l'issue du premier tour, va retirer sa candidature au second tour pour faire barrage à l'extrême droite, selon une information du journal Sud Ouest ce lundi soir.

Le retrait n'a pas encore été officiellement confirmé par le principal intéressé, mais le délégué général du parti Renaissance (ex-LaREM), Stanislas Guérini, a salué l'élu pour son geste ce lundi soir. "Je salue la décision d'Alexandre Freschi de retirer sa candidature dans la deuxième circonscription du Lot-et-Garonne, un choix responsable et nécessaire pour faire barrage à l'extrême droite", a-t-il tweeté.

Le candidat Ensemble est arrivé en troisième place à l'issue du premier tour, avec 25,62% des suffrages exprimés, ce qui lui permettrait tout de même de se présenter au second tour. Il a moins de 200 voix d'écart avec le candidat du parti socialiste de la Nupes (union de gauche) Christophe Courregelongue, arrivé deuxième. En tête on retrouve une candidate du Rassemblement National, Hélène Laporte, qui a obtenu 30,55% des suffrages exprimés. Il est donc probable qu'en cas de maintien des trois candidats, ce soit l'extrême droite qui l'emporte ce dimanche.

"J’apprends à l’instant que Mr Alexandre Freschi se retire du scrutin pour faire barrage au RN" a confirmé à Sud Ouest l'ancien maire de Marmande et ancien député du Lot-et-Garonne socialiste Gérard Gouzes, qui se prononce contre ce retrait. "Ce n’est pas en fuyant les incendies qu’on les éteint".

"Pas une voix pour le RN"

Ce repli fait suite, selon le journal local, aux consignes passées au lendemain du premier tour des élections législatives par les pontes de la majorité. "Soyons très clairs: pas une voix pour le RN", a ainsi déclaré Stanislas Guerini, qui a d'ailleurs appelé ce lundi à voter pour la candidate de la Nupes Marine Tondelier dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais, pour battre la députée RN sortante Marine Le Pen.

"Je souhaite que le candidat d'Ensemble se retire, pour que le candidat socialiste puisse battre le candidat du Rassemblement National", a de son côté déclaré ce lundi sur FranceInfo le président du parti présidentiel au Sénat François Patriat.

La majorité a eu dans un premier temps un discours confus sur la politique à adopter concernant les seconds tours Nupes-RN. La Première ministre Elisabeth Borne a voulu clarifier ce lundi la position à tenir.

"Notre position c'est aucune voix pour le Rassemblement National" a-t-elle déclaré. "Quand on a des candidats Nupes, très clairement si on a affaire à un candidat qui ne respecte pas les valeurs républicaines, qui insulte nos policiers, qui demande de ne plus soutenir l'Ukraine, qui veut sortir de l'Europe, nous n'appelons pas à voter pour lui".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles