Législatives: de l'extrême-droite à la Macronie, les attaques contre la Nupes se multiplient

En tête dans les intentions pour le 1er tour des législatives, la Nupes, l'union des gauches, commence à faire figure d'épouvantail pour ses adversaires. Les attaques et les critiques se font donc de plus en plus intenses ces derniers jours.

« Il faut diaboliser la Nupes, la décrire comme une extrême gauche pro-islamiste ». La consigne est adressée à tous les candidats du Rassemblement National (RN) selon des documents révélés par Médiapart en fin de semaine dernière. L'Union de la gauche fait frissonner l'extrême droite, mais pas seulement. Dans le camp Macron, les attaques fusent : burkini, Ukraine, programme économique, tout est bon pour discréditer une alliance décrite comme contre nature, rapporte Aurélien Devernoix du service politique de RFI.

« La preuve que l'on peut gagner », sourit-on dans les rangs de la Nupes. C'est une perspective à laquelle ne croient pourtant, ni Emmanuel Macron, ni Marine Le Pen, mais aucun des deux ne souhaite voir s'installer le rassemblement des gauches comme première force d'opposition du pays. Un handicap pour gouverner, craint-on dans les rangs présidentiels, une menace pour 2027, redoute-t-on du côté du RN.

La vague de candidatures dissidentes venues des mécontents du Parti Socialiste est donc regardée avec autant d'intérêt que de bienveillance. Jean-Luc Mélenchon, lui, répète ne pas y prêter attention et se lance cette semaine dans de nouvelles démonstrations de force. Première étape ce lundi avec le lancement du Parlement de la Nupes, où seront dévoilés de nouveaux soutiens venus des mondes intellectuels, syndicaux et artistiques.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles