Législatives : l’alliance présidentielle perd la majorité absolue

Deux mois après la réélection d'Emmanuel Macron, l'alliance présidentielle a perdu la majorité absolue à l'Assemblée nationale.
Deux mois après la réélection d'Emmanuel Macron, l'alliance présidentielle a perdu la majorité absolue à l'Assemblée nationale.

Le camp d'Emmanuel Macron a obtenu 245 sièges à l'issue des élections législatives dimanche, en dessous de la majorité absolue (289), suivie de la Nupes avec 135 sièges et du RN qui fait une percée historique en comptant 89 sièges, selon un décompte complet de l'Agence France-Presse. LR gagne 61 sièges et son allié UDI, 3. Le taux d'abstention atteint 53,77 %, selon le ministère de l'Intérieur.

Dans le détail, au sein de la coalition présidentielle Ensemble !, 170 députés sont issus de Renaissance (futur nom du parti La République en marche), 46 du MoDem, 26 d'Horizons – le mouvement fondé par l'ancien Premier ministre Édouard Philippe – et 3 du Parti radical. Dans les rangs de la Nupes, 72 députés ont été élus sous la nuance Nupes-La France insoumise (contre 17 députés Insoumis jusqu'ici), 26 sous Nupes-Parti socialiste (contre 28 en 2017), 23 sous Nupes-EELV et 12 sous Nupes-Parti communiste. Les Républicains gagnent 61 sièges et son allié UDI, 3, contre une centaine dans la précédente législature. Les divers droite obtiennent 9 sièges dans l'Hémicycle. Les divers gauche obtiennent 15 sièges. Dix sièges reviennent à des députés régionalistes, à l'issue de ce second tour des législatives.

À LIRE AUSSILégislatives : découvrez les résultats du second tour dans votre circonscription

Une Assemblée (encore) largement masculine

La nouvelle Assemblée nationale comptera 215 femmes (37,26 %) et 362 hommes (62,74 %), soit un hémicycle moins féminisé que celui issu des [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles