Législatives : l’hypothèse d’une majorité absolue pour Ensemble s’éloigne

La majorité présidentielle pourrait ne pas parvenir à occuper une majorité absolue des sièges de l'Assemblée nationale.
La majorité présidentielle pourrait ne pas parvenir à occuper une majorité absolue des sièges de l'Assemblée nationale.

Et si les partis de la majorité présidentielle étaient contraints de gouverner avec une autre famille politique ? Selon un sondage publié par Challenges mardi, cette question, qui aurait pu apparaître comme fantaisiste en avril, est désormais une interrogation bien réelle. Réalisée sur un échantillon de 6 492 électeurs, l'étude projette entre 257 et 297 députés pour la majorité présidentielle. Or, pour avoir les coudées franches à la chambre basse du Parlement, il faut disposer d'au moins 289 sièges.

Depuis l'introduction du quinquennat, ce serait la première fois que le parti ayant remporté l'élection présidentielle ne parviendrait pas à réunir une majorité absolue d'élus à l'Assemblée nationale. Dans le même temps, l'alliance de gauche continue de progresser, même si elle est encore très loin d'une majorité. Selon le sondage Harris Interactive, la Nupes obtiendrait entre 161 et 219 sièges. Néanmoins, les dirigeants de gauche ont d'ores et déjà expliqué qu'il n'y aurait pas de groupe unique. Ainsi, dans le détail, ce serait La France insoumise qui dominerait les bancs de la gauche (97 à 117 sièges), devant le Parti socialiste (25 à 41 sièges) et Europe Écologie-Les Verts (entre 25 et 40 sièges).

À droite, les Républicains parviendraient à sauver les meubles en conservant entre 45 et 65 députés – en étant alliés avec l'UDI. Enfin, le Rassemblement national pourrait obtenir jusqu'à 45 sièges, selon la projection issue du sondage réalisé par Harris Interactive [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles