Législatives: Jordan Bardella désigne le Nouveau Front populaire comme son "principal adversaire"

Jordan Bardella, le président du Rassemblement national, a désigné ce vendredi 14 juin le Nouveau Front populaire comme son "principal adversaire" durant cette campagne des législatives, lors d'un déplacement de campagne à Chuelles dans le Loiret.

"Oui, c'est mon principal adversaire dans cette campagne, puisqu'en réalité il y a deux formations politiques qui seront amenées à remporter ces élections législatives et qui seront en capacité de composer un gouvernement", a-t-il estimé, sans évoquer le camp d'Emmanuel Macron et du gouvernement actuel.

Dans cette prise de parole, l'eurodéputé a donc divisé le scrutin en deux camps: "La France insoumise et l'ensemble de ses alliés de gauche", contre "l'alliance entre Les Républicains et le Rassemblement national (qu'il) conduit".

De son côté, le fraîchement formé Nouveau Front populaire base également sa campagne sur le barrage contre le RN, avant tout. "Je ne veux pas que l'extrême droite fasse main basse sur la République" a estimé sur BFMTV le secrétaire général du Parti communiste français Fabien Roussel.

70 députés LR-RN?

Plus tôt, Jordan Bardella a assuré que 70 candidats aux législatives seront endossés à la fois par LR et le RN, afin "d'appuyer son action de Premier ministre et au sein du gouvernement".

Cette idée d'une union des droites reste à ce stade incertaine. Ce voeu d'Éric Ciotti semble suspendu à une décision de justice devant être rendue ce vendredi 14 juin au soir, où la justice devra statuer sur l'expulsion du président de son propre parti, ou l'aspect caduque de cette décision des barons du parti.

Les Républicains pourraient également nouer des accords avec Renaissance. Dans les Hauts-de-Seine, un accord pour des candidats communs a été convenu entre les deux forces politiques, y compris pour la circonscription du Premier ministre Gabriel Attal dans la dixième circonscription.

Article original publié sur BFMTV.com