Législatives : comment la jeune garde LR veut prendre le pouvoir du parti

© Riccardo Milani / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Alors que les autres partis politiques sont désormais incarnés par de jeunes figures, comme Gabriel Attal, Jordan Bardella ou Adrien Quatennens, LR peine à faire émerger sa nouvelle garde. Plusieurs de ses élus, des trentenaires ou des quadragénaires, trop jeunes pour avoir connu les victoires de Jacques Chirac ou de Nicolas Sarkozy , aspirent à prendre davantage de responsabilité, notamment après la troisième défaite consécutive à la présidentielle .

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

"Résister à la vague macroniste"

De Pierre-Henri Dumont à Raphaël Schellenberger en passant par Jonas Haddad, ils comptent sur les élections législatives pour s’imposer définitivement dans leur camp : "Si nous sommes réélus, nous auront dix ans de vie politique derrière nous et résisté à deux vagues macronistes", plaide un député sortant, qui dément pour autant tout conflit au sein du parti.

Des propos confirmés par Aurélien Pradié, député du Lot, qui appelle simplement à un renouvellement des générations. "On a la chance chez LR d’avoir deux générations qui sont capables de travailler l’une avec l’autre, c’est sûrement le moment pour la droite républicaine, de ressembler un peu plus à la société", explique-t-il.

>> LIRE AUSSIDéfaite de Pécresse : quelle stratégie LR compte adopter pour survivre ?

Deux courants opposés chez LR

Sans les nommer, plusieurs cadres sont néanmoins visés, héritiers de l’époque Sarkozy, comme Jean-François Copé ou Brice Hortefeux nota...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles