Législatives : Jean-Luc Mélenchon confirme qu'il ne se représente pas à Marseille, Manuel Bompard part à sa place

Lors d'un discours à Marseille ce jeudi, le leader de la Nupes a confirmé qu'il ne se présenterait pas aux législatives et envoie l'eurodéputé négociateur de l'union de la gauche dans la quatrième circonscription des Bouches-du-Rhône.

Il hésitait, c'est désormais officiel: Jean-Luc Mélenchon a annoncé lors d'un discours à l'occasion d'un "apéro de l'Union populaire" ce jeudi à Marseille qu'il ne se représentait pas aux législatives et qu'il "confiait" aux électeurs Manuel Bompard, investi dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône à sa place.

Contrairement à lui, Éric Zemmour, de l'autre côté de l'échiquier politique, a finalement décidé ce jeudi de se présenter dans la 4e circonscription du Var.

Matignon en ligne de mire

Après cinq ans passés au sein de LFI à l'Assemblée, Jean-Luc Mélenchon vise Matignon, confirmant ainsi les annonces qu'il avait pu faire à la suite de son tour de force avec la Nupes.

Sur le plateau de France 2 le 6 mai dernier, il répondait qu'il ne serait "vraisemblablement" pas candidat. L'Insoumis, qui s'estime légitime avec ses 7.605.225 voix récoltées au premier tour de l'élection présidentielle, préfère se "concentrer sur l'idée d'être Premier ministre plutôt qu'être député", comme il l'expliquait ensuite deux jours plus tard dans l'émission Questions politiques.

Le député du sud pense que le contexte joue en sa faveur et qu'il n'a pas besoin de faire davantage ses preuves au Palais Bourbon. "Un troisième tour, ça existe, Monsieur le président de la République", a déclaré Mélenchon, en réponse au discours d'Emmanuel Macron devant ses troupes "Ensemble!".

"Comme l'ont fait Chirac et Mitterrand, on prend le chef du bloc majoritaire en premier ministre", a expliqué à Marseille ce jeudi l'Insoumis. Sans afficher de doute quand à sa nomination, il affirme qu'il appliquera le programme de la Nupes une fois à Matignon.

Le négociateur de la gauche investi à sa place

C'est Manuel Bompard, actuellement eurodéputé, qui est donc investi à sa succession dans la 4e circonscription. À Marseille, les scores ont porté l'Insoumis en tête au premier tour de la présidentielle avec 31,12% des voix. Et dans la circonscription qu'il lui lègue, Mélenchon a fait 54,4% des voix.

Une zone largement gagnable pour Manuel Bompard, qui s'est illustré ces dernières semaines pour avoir négocié d'une main de fer l'union des Verts, du PS et du PCF autour de LFI. Aux législatives de 2017, le leader de la gauche l'avait emporté avec 59,9 % des voix face à son adversaire de La République en marche.

Ces derniers jours, les attaques se sont multipliées envers le prétendant à la tête du gouvernement. Jean-Luc Mélenchon est la cible de tirs groupés entre l'extrême-droite et la macronie depuis que la gauche s'est rassemblée en vue des législatives.

Coalition "radicalisée", unie sur la "décroissance", fustige le chef de l'État. Marine Le Pen met en garde contre la création d'une "ZAD à l'Assemblée" si la Nupes l'emporte. Selon un dernier sondage Ifop-Fiducial cette dernière l'emporterait à 28% au premier tour contre 27% pour "Ensemble!", devenant ainsi la première force d'opposition aux législatives.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Mélenchon Premier ministre: c'est possible ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles