Législatives en Israël : Gideon Saar, l'ouragan qui souffle sur la droite de Netanyahou

·1 min de lecture

Lors des législatives du 23 mars, les quatrièmes élections en deux ans, Gideon Saar, ancien protégé de Benjamin Netanyahou, a décidé de passer à l'attaque. A 54 ans, cet ancien ministre a claqué la porte du Likoud, le parti de Benjamin Netanyahu, pour créer sa propre formation politique surnommée " le nouvel espoir ". Plus droitier que son mentor, il espère ainsi provoquer une " tempête " (c’est la traduction de Saar, son nom famille) en menant campagne contre le " culte de la personnalité " dont fait l’objet l’inamovible Premier ministre aux commandes sans interruption depuis près de 12 ans.

Grand, les cheveux en brosse aux tempes argentées, d’une allure plutôt rigide, il n’a pas le charisme de son adversaire et ancien mentor. Face à Benjamin Netanyahou dont le procès pour trois affaires de corruption doit s’ouvrir dans les prochains jours, Gideon Saar joue plutôt la carte du " Monsieur propre ". Sur le front politique sa stratégie est simple : attaquer frontalement l'actuel Premier ministre sur ses affaires, et se livrer à une surenchère en prônant la colonisation à tout va en Cisjordanie. Objectif : doubler Benjamin Netanyahou sur sa droite.Cette tactique à double détente lui réussit pour le moment. Après sa fondation le mois dernier son parti a effectué une percée en se hissant en deuxième position derrière le Likoud, selon les sondages. Mieux encore : il talonne désormais Benjamin Netanyahou lorsque les Israéliens sont interrogés sur la personnalité la mieux à...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République

"Liberté-Egalité-Fraternité-Laïcité, voilà le combat !" : rendez-vous le 20 septembre place de la République

20 septembre 1792, bataille de Valmy : naissance de la souveraineté du peuple, de la nation, ou des deux ?

Projet de loi contre les "séparatismes", 20 milliards pour l'écologie, plan jeunesse : le discours de politique générale de Jean Castex