Législatives en Israël : Benyamin Nétanyahou en tête

RONALDO SCHEMIDT / AFP

Benyamin Nétanyahou paraissait, mercredi 2 novembre, “prêt à faire son retour”, rapporte Ynetnews. À l’issue des élections législatives organisées mardi en Israël, les sondages de sortie des urnes des trois principales chaînes du pays suggéraient une victoire étroite du bloc conservateur du leader de l’opposition.

Sa coalition obtiendrait la majorité avec 61 à 62 sièges sur les 120 que compte la Knesset.

“Le bibi-isme reste la force politique dominante” dans le pays, analyse Ha’Aretz. Le journal constate aussi le “triomphe inattendu” de ses alliés de l’extrême droite, tandis que “le parti du sionisme religieux dirigé par Itamar Ben Gvir et Bezalel Smotrich devrait devenir le troisième le plus important” au Parlement.

“Le taux de participation le plus élevé depuis 1999 semble avoir joué en [la] faveur de [Benyamin Nétanyahou] , commente Ynetnews. “La cinquième élection d’Israël en moins de quatre ans a exaspéré de nombreux électeurs”, mais la proportion de ceux qui se sont rendus aux urnes “a néanmoins été signalée comme étant la plus haute” depuis vingt-trois ans, relève le journal. “Les Israéliens avaient bénéficié d’un jour de congé pour voter”, rappelle pour sa part Israel Hayom.

“Rien n’est joué”

“J’ai de l’expérience, j’ai fait quelques élections, nous devons attendre les résultats définitifs mais notre chemin, celui du Likoud, a prouvé qu’il était le bon, nous sommes près d’une grande victoire”, s’est félicité M. Nétanyahou devant ses partisans réunis à Jérusalem.

Si elle se confirmait, celle-ci ramènerait au pouvoir celui qui détient déjà le record de longévité d’un premier ministre israélien (1996-1999, et 2009-2021), souligne le Jerusalem Post.

“Tant que le dernier bulletin de vote n’est pas compté, rien n’est joué. Nous attendrons patiemment, même si nous n’avons pas de patience, les résultats finaux”, a lancé le Premier ministre centriste sortant, Yaïr Lapid, à ses supporteurs, à Tel-Aviv.

La majorité apparente de M. Nétanyahou est en effet “ultra-mince”, souligne le Jerusalem Post. Dans la nuit, le parti arabe Balad semblait gagner en importance et être en mesure de “voler la victoire de la droite”. Le bloc de “Bibi”, 73 ans, pourrait, au fil du décompte officiel des votes, tomber sous la barre des 60 sièges nécessaires pour une majorité de coalition. “Lors des élections précédentes, les sondages à la sortie des urnes s’étaient trompés d’un petit nombre de sièges”, note le quotidien, selon qui “le pays devrait connaître avec une quasi-certitude les résultats mercredi.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :