Législatives : La gauche se retrouve et les socialistes se déchirent

© AFP

Il fallait le voir pour y croire. Un discours de Jean-Luc Mélenchon applaudi par le premier secrétaire du Parti socialiste (PS), Olivier Faure, et par Julien Bayou, son homologue vert, tous deux assis sur la scène derrière le tribun. Il fallait l’entendre aussi, cet accueil chaleureux réservé au patron des socialistes tranchant avec une écoute plus froide de Fabien ­Roussel, le secrétaire national du Parti communiste français. Bien sûr, la photo de famille va au-delà. Samedi, les docks d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) ont accueilli la convention de cette improbable « Nouvelle Union populaire écologiste et sociale » (Nupes) qui rêve d’amener Mélenchon à Matignon grâce aux législatives.

« Nous pouvons prétendre écrire une page d’histoire de France », a lancé l’Insoumis. Tout en réclamant à son auditoire de laisser les « rancunes à la rivière ». « Nous posons un acte de résistance collective à une ère de maltraitance sociale, écologique et démocratique », affirme-t-il. Le député a aussi parlé de ses « dissidents » de gauche qui lui «  chauffent les oreilles ». Ces récalcitrants sont « des candidats macronistes, ils ne servent que Macron. »

Plusieurs fédérations socialistes sont au bord de la rébellion

Car pendant que la gauche salue ses retrouvailles, les socialistes, eux, se déchirent. Des grandes voix se sont fait entendre. François ­Hollande, Bernard Cazeneuve ou la présidente de la Région Occitanie Carole Delga – qui entend réunir les mécontents d’ici une quinzaine de jou...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles