Législatives: Gérard Larcher appelle à "rebâtir du sol au plafond" les Républicains

Le président du Sénat Gérard Larcher, le 1er octobre 2020, au Sénat à Paris - THOMAS COEX © 2019 AFP
Le président du Sénat Gérard Larcher, le 1er octobre 2020, au Sénat à Paris - THOMAS COEX © 2019 AFP

Gérard Larcher était resté silencieux depuis la défaite historique de son parti à la présidentielle. Il s'est finalement exprimé ce jeudi, reconnaissant au micro de Franceinfo "un échec qui dépasse la seule présidentielle".

Le président Les Républicains du Sénat estime qu'il s'agit désormais de renouer "avec cette partie des Français qui travaillent, ont une vie quotidienne".

"C'est une responsabilité que nous avons en rebâtissant du sol au plafond notre famille politique", a-t-il ajouté.

"C'est leur liberté"

Pour justifier la légitimité de son parti dans le paysage politique, alors même que le Sénat a voté 70% des textes proposés par le gouvernement durant le dernier quinquennat, Gérard Larcher a pointé du doigt les autres opposants de la majorité.

"Est-ce-qu'on laisse les oppositions aux seuls extrêmes? Est-ce-qu'on imagine l'opposition incarnée seulement par La France insoumise ou le Rassemblement national?", a-t-il questionné.

En revanche, il s'est bien gardé de critiquer les élu LR ayant choisi récemment de rallier "Ensemble", la majorité présidentielle, en vue des législatives, comme Robin Reda ou Constance Le Grip. "Je pense qu'ils ont tort, mais c'est leur liberté", a-t-il répondu.

Tout en se montrant réaliste quant au destin de sa famille politique: "Il ne faut pas qu’on se raconte d’histoire non plus, depuis la réforme du quinquennat et l’inversion du calendrier, l’élection législative a tendance à être une réplique de l‘élection présidentielle."

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles