Législatives en France: les députés de gauche font leur rentrée à l'Assemblée déterminés à gouverner

Le Nouveau Front populaire, arrivé en tête des législatives en France sans majorité absolue, a revendiqué mardi 9 juillet le droit d'appliquer son programme de rupture, quitte à nouer des alliances parlementaires au coup par coup, en attendant de parvenir à désigner une personnalité pour diriger le gouvernement. L'alliance de gauche a également mis en garde « solennellement » le président Emmanuel Macron contre le maintien prolongé de Gabriel Attal au poste de Premier ministre.

À entendre les leaders du Nouveau Front populaire (NFP), même s'ils n'ont pas une majorité relative suffisante pour gouverner seuls, ils sont arrivés en tête du scrutin. Alors Emmanuel Macron n'aurait pas le choix, il doit appeler un Premier ministre issu de leur rang – ils se sont d'ailleurs engagés à fournir un nom dans les prochains jours – et celui-ci formera un gouvernement de gauche. Mais pour le moment, le président ne répond pas. Dimanche 7 juillet au soir, il a indiqué sa volonté d'attendre la « structuration » de la nouvelle Assemblée.

Le patron du Parti socialiste, Olivier Faure, arrivé en milieu d'après-midi au Palais Bourbon avec les élus socialistes, s'est par ailleurs dit « prêt à assumer » la fonction de Premier ministre « dans le dialogue avec [ses] partenaires » du Nouveau Front populaire, une mise en garde face aux velléités de Jean-Luc Mélenchon d'envoyer un Insoumis à Matignon.

« Bien évidemment, ça peut être ouvert à d'autres »

Détricoter des mesures phares


Lire la suite sur RFI