Législatives: la droite française se fracture sur une alliance avec l'extrême droite

En annonçant au 13h de TF1 qu'il voulait un accord avec le Rassemblement national, le chef des Républicains a ouvert une profonde crise au sein de la droite française. Ce mardi soir, Jordan Bardella, le président du Rassemblement national, a annoncé qu'un accord avait été conclu avec le patron LR.

« Il y aura un accord entre le Rassemblement national et Les Républicains » pour les législatives, avec « des dizaines » de députés LR qui seront « investis » ou « soutenus », a annoncé mardi Jordan Bardella lors d'un entretien au JT de 20h de France 2, sans préciser combien de députés sortants étaient compris dans l'accord. « J'ai lancé un appel à toutes les formations politiques patriotes autour du Rassemblement national qui veulent venir contribuer à cette majorité de redressement » et « je me félicite qu'Eric Ciotti (y) ait répondu favorablement », a poursuivi le président du RN en disant avoir « évidemment échangé » avec le patron de LR et « continuer de le faire dans les prochaines heures, et sans doute un peu plus tard dans la nuit ».

Mais une consultation menée au sein du groupe LR, qui compte 61 membres, n'a enregistré que deux votes favorables, celui de M. Ciotti et celui de sa collègue des Alpes-Maritimes Christelle D'Intorni, a précisé à l'AFP une source du parti.

À lire aussiLégislatives anticipées: «Le vrai sujet, c'est le temps excessivement court avant le premier tour»


Lire la suite sur RFI

Lire aussi:
Proposition d'alliance d'Éric Ciotti entre la droite et l'extrême-droite en France: «Une barrière vient d'être franchie»