Législatives françaises: en Nouvelle-Calédonie, l'indépendantiste Emmanuel Tjibaou élu député

Plus fracturée que jamais, la Nouvelle-Calédonie a envoyé pour la première fois depuis 1986 un candidat indépendantiste – Emmanuel Tjibaou – à l'Assemblée nationale, dimanche 7 juillet. Au-delà du symbole, cette élection pourrait changer le rapport de force dans les discussions sur l'avenir de cet archipel français du Pacifique Sud.

Emmanuel Tjibaou, 48 ans, l'a largement remporté dans la seconde circonscription du « Caillou », avec 57,33% des voix, à l'issue d'une élection marquée par un taux de participation record. Dans la première circonscription, qui inclut Nouméa, le loyaliste Nicolas Metzdorf s'est lui imposé, mais sur un score bien plus serré que prévu : il n'emporte que 52,41% des suffrages face à l'indépendantiste Omayra Naisseline.

Visiblement ému, Emmanuel Tjibaou a appelé après son élection à « recréer les conditions du dialogue » sur la chaîne publique Nouvelle-Calédonie–La 1ère, se revendiquant des accords de Matignon (1988) et Nouméa (1998), qui avaient amené une période de paix après la quasi-guerre civile de la période 1984-1988.

Second député indépendantiste de l'histoire calédonienne

Emmanuel Tjibaou devient le second député indépendantiste de l'histoire calédonienne après Roch Pidjot, élu de 1964 à 1986. Il est surtout le premier à réussir cette performance depuis le découpage des deux circonscriptions calédoniennes en 1986, décrié par le camp indépendantiste qui les juge taillées pour les loyalistes.

« Le vivre ensemble brûle sur le bord des routes avec les carcasses de voitures, mais je garde espoir avec ceux qui croient encore au "nous" , mais pour cela, il faut se parler », a expliqué le nouveau député.

Une élection vue comme un « référendum »


Lire la suite sur RFI