Législatives françaises: l'union de la gauche lance sa campagne à Aubervilliers

En présence de tous ses leaders, la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) a tenu ce samedi à Aubervilliers, en région parisienne, sa première convention en vue des élections législatives de juin prochain.

L'alliance née de l'accord entre les principales formations de gauche avait déjà un nom ; elle a désormais un logo : un « V » rouge, vert, mauve et rose qui veut dire victoire, mais est aussi la lettre grecque « NU », évoquant le début de Nupes et qui peut se mimer avec les doigts, comme Churchill en son temps.

« Nous sommes en train d'écrire une page de l'histoire politique de la France », a déclaré Jean-Luc Mélenchon, la figure de proue de cette nouvelle alliance. « C'est la première fois depuis 25 ans qu'un accord général intervient entre les forces traditionnelles de la gauche, des écologistes et des petits derniers, les insoumis », a-t-il encore salué, entouré des chefs écologiste Julien Bayou, socialiste Olivier Faure et de Génération.s Sophie Taillé-Polian, tandis que le communiste Fabien Roussel venait de repartir après son propre discours pour aller « marier des proches à Saint-Amand ».

À écouter aussi : La Nouvelle union populaire, écologique et sociale, révolution à gauche?

Pour Jean-Luc Mélenchon, cet accord inédit obtenu en un temps record est le résultat d'une situation dramatique. « Si nous avons été si vite, si fort, si loin, c'est parce que quelque chose travaille le monde en profondeur, les 40 années de néolibéralisme, saccageant la planète, détruisant des êtres humains, est arrivé à bout de souffle et tout le monde le sait », a-t-il lancé.

Deux semaines après la victoire d'Emmanuel Macron à la présidentielle, où il était arrivé troisième au premier tour, le leader Insoumis l'a redit : « Il faut qu'il y ait un troisième tour, les élections législatives », répétant qu'il ne serait lui-même vraisemblablement pas candidat.

Le premier secrétaire du PS Olivier Faure a quant à lui tenu à faire « une confidence ». « La loi travail El Khomri, aucun socialiste ne l'a jamais adoptée, parce qu'elle nous a été imposée par le 49-3 ». Il faut donc, selon lui, « plutôt que de dire aux socialistes "vous êtes des traîtres", leur dire "on a compris qu'on pouvait être ensemble" ».

Selon le secrétaire national d'Europe Écologie-Les Verts, Julien Bayou, « le non et le oui au référendum de 2005 sont réconciliés », via le compromis, « désobéissons pour sauver l'Europe, pour réorienter les politiques européennes vers le mieux disant social et écologique ». « Les réformes heureuses sont à portée de main, c'est ça l'événement de la journée ! », s'est pour sa part exclamé Fabien Roussel, ajoutant : « Il nous reste maintenant 30 jours » pour gagner les législatives. Mais pour le leader communiste, il faudra pour cela vaincre un adversaire redoutable : l'abstention.

(Avec AFP)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles