Législatives françaises: «L’abstention montre une désaffection démocratique qui se confirme»

En France, les électeurs étaient appelés aux urnes dimanche 12 juin pour le premier tour des élections législatives. C'est la coalition des partis de gauche, la Nouvelle union populaire et sociale (Nupes) qui arrive en tête avec une courte avance. Elle récolte 25,75% des voix. Juste derrière, la majorité présidentielle recueille 25,66% des voix. En troisième position : l'extrême droite. 19% des votes vont au Rassemblement national. En quatrième position, Les Républicains n'obtiennent que 13,2% des voix. Mais l'enseignement principal de ce scrutin c'est l'abstention. Plus d'un Français sur deux (53%) n'est pas allé voter. Erwan Lestrohan, directeur conseil de l'institut de sondage Odoxa livre son analyse sur ce premier tour.

Erwan Lestrohan : Cette abstention à 53%, elle est plus importante que celle observée au premier tour des élections législatives en 2017, l’élection pour laquelle la participation était passée sous la barre des 50%. Là elle est encore plus importante, ça montre une désaffection démocratique qui se confirme, et ça montre aussi que LE rendez-vous national de référence avec la vie politique pour les Français, c’est l’élection présidentielle. Ils sont 74% à avoir participé au premier tour en 2022 ; aujourd’hui avec 47% de participation on est 27 points en dessous, c’est dire la différence entre ces deux élections…

Pour apporter encore des chiffres, 13 millions de Français qui avaient voté à l’élection présidentielle n’ont pas voté aux élections législatives.

RFI : quel effet ça peut avoir sur la légitimité des futurs députés de l’Assemblée nationale ?


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles