Législatives : Emmanuel Macron à la recherche du trou de souris pour gouverner

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
© Ludovic MARIN / POOL / AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

En recevant les chefs de partis à l’Elysée ce mardi et mercredi, Emmanuel Macron utilise une méthode qui a déjà fonctionné par le passé : montrer que l’heure est grave. La crise politique sans précédent nécessite de convoquer les forces vives de la Nation. Sauf que la situation politique est différente aujourd’hui : "C’est Emmanuel Macron et lui seul, qui est l’auteur et le responsable de cette situation cataclysmique", résume un ténor de la majorité.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Diviser pour mieux régner ?

Sa stratégie consiste à essayer de transférer son échec, son problème politique, dans les rangs des partis d’opposition. Pour créer des divisions, cette fois, dans le camp de ses adversaires. Ces derniers sont désormais divisés dans leur propre camp entre deux lignes. La première ligne est la suivante : faut-il être "responsable" et voter certains textes, comme le projet de loi de finances d’Emmanuel Macron ? Et une seconde ligne plus radicale : le blocage.

En renommant Elisabeth Borne , Emmanuel Macron a clairement envoyé le signal pour le moment, qu’il ne veut pas changer sa stratégie : l'attente du "pourrissement de la situation", comme le résume un proche du président. Emmanuel Macron espère que dans les prochains mois, les Français constatent que le pays est totalement bloqué et finissent par regretter leur vote pour finalement demander une dissolution de l’Assemblée nationale.

>> LIRE AUSSI - Ce qu'il faut retenir de la première ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles