Législatives : EELV refuse une «hégémonie» de Mélenchon, LFI propose une «fédération»

© Together Médias

Une union difficile à mettre en place . Le patron d'EELV Julien Bayou a critiqué mercredi une "volonté hégémonique" de Jean-Luc Mélenchon en vue des législatives , plaidant pour "une coalition" de la gauche, tandis que LFI propose "une fédération". Après des débuts prometteurs, les négociations en vue d'un accord patinent entre La France insoumise, EELV et le PCF, LFI et les écologistes s'en rejetant mutuellement la responsabilité, tandis que le PS doit entrer dans la danse mercredi en fin de matinée via une rencontre avec les Insoumis .

Bayou ouvert à l'idée de voir Mélenchon Premier ministre

"Jean-Luc Mélenchon veut-il être Premier ministre ? Nous disons chiche ! Gagnons ensemble. Mais l'alliance ne peut pas se faire avec une volonté hégémonique : il ne s'agit pas d'élire des hologrammes dans l'ensemble des circonscriptions", lance Julien Bayou dans un entretien à Libération, plaidant pour une "représentation de chacun" qui soit "juste", et non un "bric-à-brac injuste et mal conçu".

Ainsi, "nous proposons une coalition", car "si Jean-Luc Mélenchon choisit de refaire aux législatives la même offre politique qu'à la présidentielle, ça produira le même effet : peut-être un bon score, mais ça échouera à peser sur le quinquennat", a-t-il expliqué sur France Info.

La 9e circonscription de Paris au cœur des débats

Mais dans le programme commun à construire, "on ne veut pas de filet d'eau tiède, on ne veut pas le plus petit dénominateur commun (...) Nous, on a des convictions, elles ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles