Législatives : échec pour Macron avec 234 sièges, la Nupes à 141 députés et grosse surprise avec le RN à 90

FRA : ASSEMBLEE NATIONALE : QUESTIONS AU GOUVERNEMENT
FRA : ASSEMBLEE NATIONALE : QUESTIONS AU GOUVERNEMENT

C’est un résultat qui change tout. A l’issue du second tour des élections législatives, Emmanuel Macron n’a pas de majorité absolue à l’Assemblée nationale. Un scrutin historique et une énorme surprise. C’est la première fois, depuis que les législatives se passent dans la foulée de la présidentielle, que le parti au pouvoir ne remporte pas de majorité absolue au Palais bourbon. L’alliance de la gauche, sous la bannière de la Nupes, a fait mentir le fait majoritaire, mais son score est aussi plus bas qu’attendu.

Selon notre estimation Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France, France24/RFI/MCD et LCP Assemblée Nationale, Ensemble est donné à 234 sièges, soit très loin des 289 sièges de la majorité absolue. Renaissance (LREM) est à 162, le Modem à 45 et Horizons fait 27 sièges. 4 sièges pour divers centre.

L’alliance de la gauche, avec la Nupes, fait 141 sièges, dont 79 pour LFI, 25 pour les écologistes, 25 pour le PS, 12 pour le PCF et 22 pour les divers gauche.

La grosse surprise vient du RN, qui est donné à 90 sièges. LR/UDI est à 75 sièges. 11 sièges pour des députés non classés dans un de ces partis.

Cuisant échec pour Emmanuel Macron qui devra se tourner vers la droite

L’alliance de la majorité présidentielle, avec la confédération qui allie Renaissance (nouveau nom de LREM), le Modem et Horizons, le parti d’Edouard Philippe, n’a pas suffisamment pesé. Concrètement, la majorité absolue est à 289 sièges (sur 577). Avec 234 sièges, il faudra donc que la majorité trouve soit des majorités de circonstance, à droite ou à éventuellement à gauche, texte par texte, soit se tourne plus naturellement vers les LR, pour une alliance plus durable. Idée défendue par Nicolas Sarkozy ou Jean-François Copé. Mais le parti de Christian Jacob, s’il est prêt à être constructif, entend rester dans l’opposition.

Reste qu’Emmanuel Macron ne devrait avoir d’autres choix que de se tourner vers les LR, qui pourraient (...) Lire la suite sur Public Sénat

Législatives : après la « déroute » d’Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon envoie « un message de combat »

Marine Le Pen promet « une opposition ferme » mais « respectueuse des institutions »

Législatives : Élisabeth Borne élue dans le Calvados

Législatives : Richard Ferrand et Christophe Castaner battus

Outre-mer : la Nupes rafle 18 circonscriptions sur 25

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles