Législatives: deux députés désormais en lice pour la présidence des Républicains à l'Assemblée

Olivier Marleix à l'Assemblée nationale le 2 février 2020  - Ludovic MARIN / AFP
Olivier Marleix à l'Assemblée nationale le 2 février 2020 - Ludovic MARIN / AFP

Il est désormais trop tard pour envoyer son CV. À moins d'un renoncement de dernière minute, les prétendants à la présidence des Républicains à l'Assemblée nationale devrait se jouer entre deux députés.

Le vainqueur remplacera l'ex-député LR Damien Abad, passé chez En Marche après l'élection présidentielle, et nommé à la tête du ministère des Solidarités, de l'Autonomie et des Personnes handicapées.

Deux candidats, deux profils différents

En lice, on retrouve Olivier Marleix, député d'Eure-et-Loir. Ce bon connaisseur de l'appareil LR se veut le défenseur d'une ligne sans concession vis-à-vis d'Emmanuel Macron. À la primaire des Républicains en décembre 2021, il avait soutenu le candidat Michel Barnier. Issu d'une famille LR, le député réélu pour un troisième mandat est le fils d'Alain Marleix, secrétaire d'État sous Nicolas Sarkozy.

Le vice-président de la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale, Julien Dive, aimerait bien lui aussi remplacer Damien Abad. Ce proche de Xavier Bertrand qui occupe également le poste de secrétaire adjoint du parti chargé de la région Hauts-de-France, a été réélu dimanche à l'issue d'un combat qui s'annonçait difficile face au Rassemblement national.

Michèle Tabarot, députée des Alpes-Maritimes s'y se serait bien vue, elle aussi. Au second tour des élections législatives, elle s’est imposée avec 63,21 % des voix devant le candidat RN Franck Galbert. Figure appréciée au parti, c'est une proche d'Éric Ciotti, mais réputée moins clivante que son voisin niçois.

Mais au dernier moment, elle n'a finalement pas déposé de candidature pour la présidence du groupe, au profit d'Olivier Marleix, pressenti pour être le favori du scrutin, selon des sources concordantes à BFMTV.

Les deux candidats seront départagés par leur soixantaine de collègues lors d'un vote mercredi matin. La future tête de file des Républicains sera celui qui devra donner le cap du parti dans l'hémicycle, notamment face à une majorité qui rêve, après sa victoire relative, d'en faire des alliés pour gouverner.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles