Législatives: le Conseil national des socialistes valide l'accord avec les insoumis

Le Conseil national du PS valide l'accord avec les insoumis - BFMTV
Le Conseil national du PS valide l'accord avec les insoumis - BFMTV

876450610001_6305687427112

Après l'accord trouvé entre les socialistes et la France insoumise en vue des législatives, le Conseil national du parti s'est réuni ce jeudi soir au siège à Ivry. Les 300 cadres qui se sont prononcés ont voté massivement en faveur de ce texte avec 167 voix pour, 101 contre et 23 abstentions.

La réunion s'est déroulée dans un contexte houleux alors que le parti s'est fracturé sur ce texte. Les partisans d'Olivier Faure y voient une chance de sauver leur groupe de députés à l'Assemblée nationale alors que les insoumis ont garanti 70 circonscriptions aux socialistes et qu'à de rares exceptions, les parlementaires sortants devraient être réinvestis.

De quoi redonner un peu d'optimisme à certains cadres socialistes après le score désastreux d'Anne Hidalgo à la présidentielle (1,7%), à l'instar de Martine Aubry qui a appelé à voter en faveur de ce texte.

Un accord qui fait imploser le PS

Mais l'accord prend un goût amer alors que plusieurs points du texte reviennent sur de nombreuses réformes de François Hollande. Les socialistes se sont ainsi engagés à "abroger la loi El Khomri", ou à revenir sur la retraite à 60 ans. Olivier Faure ne se disait d'ailleurs "pas sûr du bien-fondé" de cette réforme sur France inter le 24 avril dernier.

La question européenne a également été un point d'achoppement entre les deux partis. Le programme de la France insoumise appelle à "l'opt out", c'est-à-dire la désobéissance aux traités sur des points stratégiques, au grand dam d'une partie des socialistes qui y voyaient un premier pas vers un éventuel Frexit.

Plusieurs éléphants ont d'ailleurs pris position contre cet accord. Jean-Christophe Cambadélis, ex-Premier secrétaire, la considère comme une "reddition". Jean-Marc Ayrault, l'ancien Premier ministre, y voit, lui "une forme de démission". François Hollande a de son côté "récuser l'accord sur le fond et même sur les circonscriptions".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles