Législatives : Éric Ciotti rallie le RN et déchire la droite, Gabriel Attal se jette dans la bataille

Les Républicains sont au bord de l'implosion. Leur chef de file, Éric Ciotti, a provoqué un séisme mardi au sein de son parti en appelant à rejoindre les rangs du Rassemblement national de Jordan Bardella, déclenchant une vague d'indignation bien au-delà de la droite. De son côté, le Premier ministre Gabriel Attal est sorti de son silence pour annoncer qu'il allait mener la campagne des législatives pour "éviter le pire".

Deux jours après la dissolution de l'Assemblée nationale décidée par Emmanuel Macron, Éric Ciotti a plaidé, mardi 11 juin, en faveur d'un accord avec le RN au risque de l'implosion des Républicains, pendant que, dans le camp présidentiel, Gabriel Attal a dit son engagement à mener la campagne des législatives anticipées.

"Nous avons besoin d'une alliance avec le Rassemblement national", a affirmé Éric Ciotti sur TF1, estimant que "le pays n'a jamais été autant à droite" et souhaitant que "tous les députés LR sortants s'allient avec le RN pour préserver un groupe puissant à l'Assemblée nationale".

À l'inverse, Marine Le Pen a salué "le choix courageux" et "le sens des responsabilités" du président des Républicains, et espéré "qu'un nombre conséquent de cadres LR le suivent".


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Législatives : RN, Reconquête et Les Républicains, l'impossible trouple ?
Législatives : malgré le "front populaire", la gauche divisée autour de Jean-Luc Mélenchon
"Macron tente un coup de poker" : la dissolution de l'Assemblée nationale, arme à double tranchant