Législatives : le casse-tête des consignes de vote avant le second tour

© ALAIN JOCARD / AFP

Des consignes de vote confuses, des rétropédalages ou encore des appels au barrage à géométrie variable : les mots d'ordre pour le second tour des législatives  sont un casse-tête pour les Etats-majors des partis. Avec 271 duels prévus dimanche entre Ensemble! et l'alliance de gauche Nupes menée par Jean-Luc Mélenchon , pas moins d'une soixantaine entre la Nupes et le Rassemblement national qui sera également confronté à la majorité sortante sur plus d'une centaine de circonscriptions, les partis sont tiraillés entre le cas par cas et les mots d'ordre nationaux.

Un problème posé dès les résultats du premier tour

Du côté de la majorité sortante, le problème s'est posé dès la publication dimanche soir des premières estimations qui la plaçait au coude-à-coude avec la Nupes, devant le RN : LREM préférait alors ne pas donner de consigne nationale, mais "au cas par cas", dans une situation de duel entre la gauche et l'extrême droite.

>> LIRE AUSSILégislatives : quelle est la stratégie de la macronie pour rester en tête au second tour ?

 

"Il y a un danger de l'extrême gauche comme il y a un danger de l'extrême droite", renchérissait l'ex-ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer, après son élimination dans le Loiret. Pilonnée par la Nupes et des associations antiracistes, la majorité a rétropédalé, Elisabeth Borne appelant à ne pas "donner une seule voix" à l'extrême droite et de soutenir les candidats "républicains". "C'est un 'en même temps' de raison" qui consiste à ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles