Législatives: Carole Delga, opposante à l'accord avec les insoumis, propose des États généraux du PS

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
La présidente de la région Occitanie Carole Delga à Perols dans l'Hérault, le 2 juillet 2021 - Sylvain THOMAS © 2019 AFP
La présidente de la région Occitanie Carole Delga à Perols dans l'Hérault, le 2 juillet 2021 - Sylvain THOMAS © 2019 AFP

La présidente PS de la région Occitanie Carole Delga, opposante résolue à l'accord conclu à gauche sous la houlette de La France insoumise, affirme vendredi dans deux interviews vouloir s'affirmer dans l'opposition interne à la direction du Parti socialiste.

"D'ici une quinzaine de jours, je vais réunir les militants qui refusent la liquidation du Parti socialiste et qui sont donc en désaccord avec le projet présenté par la direction du parti", a-t-elle annoncé dans une interview au Parisien.

"Ensuite", poursuit-elle, "nous nous mobiliserons aux côtés des militants pour qu'il y ait un maximum de députés de gauche qui soient élus. Et après l'été, nous organiserons des États généraux de la gauche républicaine, européenne et écologiste, ouverts à des militants, des sympathisants, à la société civile, tous ceux qui, à gauche, veulent un projet de société qui ne soit ni celui d'Emmanuel Macron ni celui de Jean-Luc Mélenchon".

Je suis aussi une opposante à Emmanuel Macron"

L'union des gauches est devenue une réalité dans la nuit de jeudi à vendredi lorsque le Conseil national du PS a adopté, au terme de débats parfois houleux, à 62% l'accord avec La France insoumise, qui consacre un changement d'orientation historique.

Carole Delga dénonce dans Le Parisien "une alliance purement électoraliste", et l'objectif de Jean-Luc Mélenchon de "se créer la place du seul opposant à gauche à Emmanuel Macron. Or, je suis aussi, avec d'autres, une opposante à Emmanuel Macron".

Dans cet entretien et dans un autre accordé au quotidien régional La Dépêche, la présidente de l'Occitanie insiste sur sa volonté de rester à ce stade au sein du Parti socialiste.

876450610001_6305678478112

Elle entend mobiliser, explique-t-elle dans La Dépêche, "le peuple de gauche qui, en récusant cet accord, dit 'non' aux compromissions, 'non' aux omissions sur des sujets majeurs tels que la question européenne, l'Ukraine, la laïcité, la lutte contre le communautarisme, la relation à l'entreprise ou le vivre ensemble".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles