Aux législatives, la candidature d'Éric Zemmour dans le Var divise l'extrême droite face à LREM

Depuis l'annonce de la candidature d'Éric Zemmour, la 4e circonscription du Var est devenue le symbole de l'affrontement entre le Rassemblement national et Reconquête!.

REPORTAGE - “J’aime le Var, j’aime les Varois. Mon petit doigt me dit qu’ils me le rendent bien”. Le 12 mai dernier, Éric Zemmour chamboulait les rapports de force en place dans la 4e circonscription du Var, en annonçant sa candidature aux élections législatives.

Depuis, le candidat de Reconquête! mène la bataille face à la députée sortante LREM Sereine Mauborgne, mais aussi face à Philippe Lottiaux, investi par le Rassemblement national, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article.

“Votre parti a décidé de me faire la peau”

Malgré de grandes convergences entre leurs programmes, les deux candidats de l’extrême droite n’ont pas trouvé d’accord pour se rassembler sous une candidature unique. Pas non plus question pour le Rassemblement national de sacrifier son candidat face au médiatique Éric Zemmour. “Votre parti a décidé de me faire la peau”, lançait ce dernier à Philippe Lottiaux lors du débat organisé entre tous les candidats de la circonscription sur BFM TV le 31 mai dernier. “Vous parlez de l’union, mais on sait très bien que ce n’est pas possible à partir du moment où vous tapez sur les autres”, répondait le candidat du RN.

Jeudi 2 juin, sur le marché de Pignans, le candidat du RN passe presque inaperçu. Déjà candidat face à Sereine Mauborgne (LREM) en 2017, cet ancien collaborateur de Patrick Balkany est bien conscient qu’il se mesure à un candidat dont le nom résonne bien plus que le sien chez les électeurs : “Mais les gens vont aller voter pour un mouvement, pour des idées, ils ne vont pas voter pour Philippe Lottiaux, ils iront voter pour le représentant du Rassemblement national.” “J’espère que ça va marcher. Si Éric Zemmour ne faisait pas bande à part aussi...,” soupire une Varoise.

Un désaccord “tactique et stratégique” avec Marine Le Pen

Quelques heures plus tard, Éric Zemmour déambule à son tour au pas de course entre les étals du marché de Pignans. Dans cette circonscription, il a fait ses meilleurs scores au premier tour de la présidentielle: il y a obtenu 14,7% des voix le 10 avril contre 32,2% pour Marine Le Pen et 24,1% pour Emmanuel Macron. Un résultat qui l’a conforté dans son choix de se présenter comme député, que ce soit avec ou sans le soutien du Rassemblement national. “J’ai un désaccord à la fois tactique et stratégique avec Madame Le Pen, je ne suis pas socialiste, c’est tout”, explique Éric Zemmour au HuffPost.

Dans un sondage Ifop pour Le JDD daté du 21 mai, la députée sortante LREM Sereine Mauborgne est créditée de 28% des voix au premier tour, suivie de près par Éric Zemmour (24%) et Philippe Lottiaux (21%). Les autres candidats sont: Sabine Cristofani-Viglione (NUPES), Sabrina Ribeiro Teixeira (Eco), Marie-Christine Hamel (LR), Pascale Morel (EXG), Valérie Terrazzoni (Eco) et Chantal Sarrut (Eco).

À voir également sur le HuffPost : À Besançon, le boulanger Stéphane Ravacley en campagne pour les législatives

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

VIDÉO - Robert Ménard : "Je serais scandalisé si Marine Le Pen n'avait pas un certain nombre d'élus"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles