Législatives: ces candidats RN peu connus qui pourraient l'emporter dans leur circonscription

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Marine Le Pen, leader du Rassemblement National, à Henin-Beaumont dans le Pas-de-Calais, le 8 mai 202. - FRANCOIS NASCIMBENI © 2019 AFP
Marine Le Pen, leader du Rassemblement National, à Henin-Beaumont dans le Pas-de-Calais, le 8 mai 202. - FRANCOIS NASCIMBENI © 2019 AFP

Nouveaux ou presque nouveaux, ils sont arrivés dans le sillon du Rassemblement national (RN) il y a quelques années ou ont vécu leur premier mandat aux élections départementales de 2021.

Ces profils investis par le parti de Marine Le Pen pour les législatives de juin sont tous candidats dans des circonscriptions où la candidate a fait plus de 40% au premier tour. À côté des poids lourds très identifiés Sébastien Chenu (19e circonscription du Nord) et Bruno Bilde (12e du Pas-de-Calais), voici les nouvelles têtes investies par le RN dans des zones où leurs socles électoraux pourraient leur permettre de l'emporter.

Thierry Frappé, le "député de famille" dans le Pas-de-Calais

Par un jeu de chaise musicales, Thierry Frappé pourrait bien remplacer Ludovic Pajot, élu à l'Assemblée en 2017 dans la 10ème circonscription du Pas-de-Calais avant de démissionner de son mandat après sa victoire aux municipales à Bruay-la-Buissière. Ce médecin généraliste, qui est devenu conseiller municipal de cette commune en 2020, a exercé pendant plus de 40 ans dans le département. Il veut désormais être "un député de famille", comme il l'a expliqué à La Voix du Nord. Un objectif atteignable, dans une circonscription où Marine Le Pen a obtenu un score de 47,8% au premier tour de la présidentielle.

Matthieu Marchio, l'espoir montant dans le Nord

Le parti place beaucoup d'espoir dans Matthieu Marchio, tout juste 26 ans, pour l'emporter dans la 16ème circonscription du Nord, où Marine Le Pen a reccueilli 40,2% des voix au premier tour. Il a dirigé l'organe jeunesse du parti dans la Somme, a déjà croisé à deux reprises le fer lors des élections départementales et régionales et a été collaborateur d'élus à la région Hauts-de-France. Autant dire que le jeune homme, diplômé de droit et de sciences politiques, coche toutes les cases pour le parti qui cherche à attirer des profils à la tête bien faite.

Le candidat RN devra battre le député sortant Nupes Alain Bruneel.

Mélanie Disdier-Ethuin, la dernière marche à gravir

Élue municipale à Caudry depuis 2002, Mélanie Disdier-Ethuin est la reponsable locale du Rassemblement national. Candidate dans la 18e circonscription du Nord, où Marine Le Pen a obtenu un score de 40,2% au premier tour, cette commerçante de 48 ans avait échoué d'un cheveu en 2017 aux portes du second tour. La victoire face à Guy Bricourt, député UDI sortant et ancien maire de Caudry, semble atteignable.

Yaël Ménache, le binôme de Damien Rieu

Depuis 2021, cette commerciale dans l'informatique de 36 ans, habitante de Péronne en Picardie, est déléguée départementale du RN dans la Somme. Elle s'était présentée aux dernières élections départementales en binôme avec Damien Rieu, cofondateur de Génération identitaire parti chez Reconquête, sous le slogan "un département qui vous protège".

Elle s'est notamment illustrée l'année dernière dans une bataille locale menée contre l'accueil de familles migrantes dans sa ville. En juin elle affrontera dans la 5ème circonscription de la Somme -où Marine Le Pen a fait 41,4% au premier tour- Grégory Labille, candidat UDI-LR à sa propre succession. Une circonscription "beaucoup plus ouverte qu'il y a cinq ans", estime t-elle, après le départ au Sénat du centriste Stéphane Demilly, élu au premier tour il y a cinq ans.

Nicolas Dragon, la caution écologique

Conseiller municipal de Laon et conseiller communautaire de l’Agglomération du Pays de Laon depuis le 15 mars 2020, ce natif et habitant de cette même ville est le premier élu RN de cette commune. Il est depuis 2021, délégué départemental de la fédération de l’Aisne.

En 2016, il a mené une lutte farouche contre la fermeture "anti-écologique" d'après lui du funiculaire de sa ville, "Poma", face au sénateur LR et ancien maire de Laon Antoine Lefèvre. "Patriote, souverainiste et eurosceptique", comme il se présente lui-même sur son site internet, l'homme de 45 ans, qui avoue avoir été un temps tenté par Macron il y a quelques années, représentera le parti de Marine Le Pen dans la 1ère circonscription de l'Aisne, où la candidate a réuni 40% des voix au premier tour. Il y affrontera Aude Bono, députée sortante réinvestie par la majorité.

Paul-Henry Hansen-Catta, le chasseur militant

Également dans l'Aisne, Paul-Henry Hansen-Catta, ancien président de la fédération départementale des chasseurs et ex-journaliste à Valeurs Actuelles, convoite la 3e circonscription du département où Marine Le Pen a obtenu l'un de ses meilleurs scores au premier tour de la présidentielle (44,6%). Vice-président du RN au Conseil régional des Hauts de France, il avait rejoint en 2015 les listes du Front national aux régionales.

En 2017, ce coauteur du Larousse de la chasse avait perdu au second tour face au socialiste sortant Jean-Louis Bricout. Il était candidat RN aux dernières européennes et conseille régulièrement Marine Le Pen sur les questions de ruralité. En juin prochain, il retrouvera son rival socialiste, investi par la Nupes, qui brigue un troisième mandat.

Laurence Robert-Dehault, la pionnière en Haute-Marne

Seule voix de l'opposition dans l'assemblée départementale de Haute-Marne depuis 2021, cette référente départementale du RN est candidate dans la deuxième circonscription où Marine Le Pen a fait 41,7% dès le premier tour. Elle y affrontera Déborah Daval ("Ensemble!"), la militante anti-nucléaire, Angélique Huguin (LFI) et surtout le député LR sortant très implanté François Cornut-Gentille.

876450610001_6305922694112

Enfin, dans la 2e circonscription de Mayotte, où Marine Le Pen a obtenu 46,8% des voix au premier tour de la présidentielle, le nouveau candidat investi n'est pas encore tranché.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles