Législatives: qui sont les candidats au second tour dans votre circonscription?

La carte des circonscriptions législatives. - PIERRE-OSCAR BRUNET / BFMTV
La carte des circonscriptions législatives. - PIERRE-OSCAR BRUNET / BFMTV

Ils étaient 6293 à se présenter, le dimanche 12 juin dernier, au premier tour des élections législatives. Il n'en reste désormais que 1148, dont 655 hommes et 493 femmes. Dans les 577 circonscriptions, 5 candidats ont été élus dès le premier tour quatre pour la Nupes et un pour la majorité présidentielle sortante Ensemble.

Les Français devront donc retourner aux urnes, dans les 572 circonscriptions restantes, pour élire leurs nouveaux députés. BFMTV.com vous indique, grâce à notre moteur de recherche, le nom des candidats qualifiés au second tour.

Parmi les prétendants, il y aura 370 sortants, 70 d'entre eux ayant mordu la poussière lors du premier tour. Les candidats de la majorité sortante (LaREM, Modem, Horizons et Agir) sont les plus nombreux (415), devant l'alliance de gauche Nupes (380), sans compter trois dissidents socialistes qui ont refusé de se joindre à cette coalition.

Quant au Rassemblement national, il aligne 209 candidats au second tour et Les Républicains 71 (en plus de cinq UDI et 14 DVD).

Quatre retraits et deux maintiens malgré le retrait des soutiens

Sur les candidats qualifiés au second tour, quatre d'entre eux ont décidé de se retirer. Trois candidats de la Nupes seront ainsi seuls au second tour, assurés de gagner. Il s'agit de Clémentine Autain (2e circonscription de Seine-Saint-Denis), Soumya Bourouaha (4e circonscription de Seine-Saint-Denis) et Elie Califer (4e circonscription de Guadeloupe).

Dans la première circonscription du Lot-et-Garonne, la candidate Nupes Maryse, arrivée en troisième position avec 26,21% des voix, a décidé de retirer sa candidature au profit du candidat de la majorité présidentielle Michel Lauzzana (29,64%) face au RN Sébastien Delbosq (27,84%).

En plus de ses quatre retraits, deux autres candidats, engagés dans des triangulaires, se sont vus retirer le soutien de leur parti mais n'ont pas accepté de se désister: c'est le cas d'Alexandre Freschi, investi par Ensemble et arrivé troisième face à ses rivaux RN et Nupes dans deuxième circonscription du Lot-et-Garonne. Dans la deuxième de la Nièvre, Marie-Anne Guillemain, (Nupes) a décidé de se maintenir contre ses rivaux du RN et d'Ensemble, malgré le retrait du soutien d'EELV et du PCF.

Ensemble contre la Nupes, les duels les plus fréquents

Au second tour, les duels les plus fréquents opposeront un candidat d'Ensemble à un rival de la Nupes. Selon un décompte de l'AFP réalisé à partir des chiffres du ministère de l'Intérieur, la majorité sortante et l'alliance de gauche s'affronteront dans 270 circonscriptions sur 577.

La majorité présidentielle affrontera des candidats du Rassemblement national (RN) dans 108 circonscriptions, tandis que la Nupes sera confrontée à l'extrême-droite dans 62 circonscriptions. Il y aura également 25 duels entre le RN et Les Républicains, qui affronteront également la Nupes dans 24 circonscriptions et Ensemble dans 18.

Sept triangulaires

Au total, il y aura sept triangulaires au second tour, contre une seule il y a cinq ans. Quatre circonscriptions mettront aux prises un candidat d'Ensemble, de gauche et du RN: la 3e de la Dordogne, la 2e du Lot-et-Garonne, la 2e de la Nièvre et la 2e du Tarn.

Dans deux circonscriptions des Hauts-de-Seine, la 2e et la 3e, la triangulaire opposera LR à la Nupes et à Ensemble. Enfin, dans la 2e du Lot, il y aura un candidat PS dissident face à la Nupes et à Ensemble.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles