Législatives: la campagne s'achève, les macronistes sans certitude

La campagne du premier tour des législatives s'achève vendredi soir avec un camp présidentiel confronté aux ambitions retrouvées de la gauche menée par un Jean-Luc Mélenchon offensif et à la polémique qui rebondit sur les incidents du Stade de France.

Emmanuel Macron devra "se soumettre ou se démettre" si l'alliance de gauche, la Nupes, obtient la majorité à l'Assemblée nationale, a lancé le chef de file de la France insoumise lors de son ultime prise de parole vendredi à Marseille, à deux jours du premier tour.

Reprenant l'expression du député républicain Léon Gambetta à l'adresse du maréchal Mac-Mahon (président de la République de 1873 à 1879), le leader insoumis, qui espère devenir "Premier ministre", a rappelé que "dans tous les pays du monde, on nomme le responsable de la coalition majoritaire".

"Si nous sommes majoritaires, alors le candidat porte un nom:  Jean-Luc Mélenchon", a-t-il martelé dans sa permanence de député proche de la gare Saint-Charles, où il est venu adouber Manuel Bompard, candidat à sa succession.

La Première ministre Elisabeth Borne, candidate dans le Calvados, a tracté, elle, une dernière fois sur le marché de Vire et à Verson.

Elle a de nouveau été interrogée sur le fiasco autour de la finale de la Ligue des champions du 28 mai, en raison de la suppression polémique des images de vidéosurveillance des caméras gérées par le Stade de France.

"On essaye de voir s'il est possible de restaurer les images. Ce serait certainement une bonne chose qu'on puisse les récupérer", a-t-elle estimé. Elle a aussi chargé les ministres de l'Intérieur et des Sports de "mettre en œuvre sans délai" les recommandations d'un rapport critique publié vendredi.

- "Scandale d'Etat" -

L'opposition a pilonné le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin et le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti vendredi, en les accusant de ne pas s'être assurés que toutes les images seraient conservées.

"Ça s'appelle couvrir ses traces", a dénoncé l'ex-finaliste RN de la présidentielle Marine Le Pen, candidate RN dans le Pas-de-Calais. "Je n'ose pas imaginer que nos dirigeants soient incompétents au point de ne pas avoir immédiatement (...) demandé que leur soient transmises les vidéosurveillances. Donc c'est volontaire" et "c'est une destruction de preuves par inaction", a accusé la responsable d'extrême droite sur BFMTV et RMC.

Pour le chef de file des sénateurs LR Bruno Retailleau, "on se dirige tout droit vers un scandale d'Etat", avec un "acte intentionnel" pour "faire disparaître une preuve, qui est sans doute une preuve à charge", a-t-il lancé sur  RFI.

Six semaines après la présidentielle d'avril, les trois candidats arrivés en tête se retrouvent aux législatives, avec le vainqueur Emmanuel Macron qui affronte indirectement la RN Marine Le Pen et l'Insoumis Jean-Luc Mélenchon.

Mais cette fois, le duel s'est installé entre le camp d'Emmanuel Macron et la Nupes, l'alliance de la gauche formée autour de Jean-Luc Mélenchon (LFI-PS-EELV-PCF), que les sondages donnent au coude-à-coude, avec l'abstention en arbitre. Elle pourrait atteindre de nouveau record, entre 52 et 56%, au-delà des 51,3% du 11 juin 2017.

Selon les derniers sondages, la coalition présidentielle arriverait en tête, suivie de près par la Nupes, et pourrait n'avoir qu'une majorité relative. Arrive ensuite le RN, puis loin derrière la droite des Républicains et Reconquête!, la formation d'extrême droite menée par Eric Zemmour.

Pour Emmanuel Macron, qui a effectué quatre déplacements au cours de la campagne, l'enjeu est de reconduire à l'Assemblée nationale une majorité "forte et claire" afin de mener à bien son programme au cours de son second quinquennat.

- "Fébrilité" -

Pendant la campagne, Emmanuel Macron a choisi de se poser, comme lors de la présidentielle, en rempart contre "les extrêmes", renvoyant dos à dos la gauche radicale et l'extrême droite.

Le chef de l'Etat a reçu vendredi les représentants des organisations syndicales pour un déjeuner de travail, sans le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez qui a décliné l'invitation.

Les leaders syndicaux présents se sont dit "rassurés" à l'issue du rendez-vous, notamment sur la concertation sur la réforme décriée des retraites qui ne devrait pas débuter avant la rentrée.

En comptant Elisabeth Borne, quinze membres du gouvernement sont en lice aux législatives et devront quitter l'exécutif en cas de défaite conformément à une règle déjà appliquée en 2017.

Près de 6.300 candidats briguent un des 577 sièges, soit 20% de moins qu'en 2017, du fait notamment de l'accord à gauche.

arz-el-are-jmt-adc/jk/cbn

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles