Publicité

Législatives au Togo: «On est préoccupés par le découpage électoral», dénonce le parti d’opposition ANC

Au Togo, les autorités ont annoncé que les prochaines élections législatives et régionales auront finalement lieu le 13 avril 2024. Le parti d’opposition Alliance nationale pour le changement (ANC) a réaffirmé que le découpage électoral pose problème. « Certains députés représentent deux à trois fois plus de populations que d'autres députés », assure le président de l'ANC, Jean-Pierre Fabre.

Au Togo, l'Alliance nationale pour le changement (ANC) a ouvertement critiqué, lors d'une conférence de presse, le nouveau découpage électoral en vue des législatives du 13 avril 2024. Pour elle, l'augmentation du nombre de députés, de 91 à 113, ne règle pas le problème pointé, bien au contraire. Le président de l'ANC, Jean-Pierre Fabre, estime que ce nouveau découpage est injuste et inéquitable. Les bastions électoraux de l'opposition, notamment dans le sud, sont sous-représentés.

« Il faut que tous les députés représentent le même nombre de populations »

« On est préoccupé par le découpage électoral, insiste-t-il au micro de Guillaume Thibault. Le plus important pour nous n'est pas le nombre de députés à l'Assemblée nationale, mais l'égalité du poids de chaque député au sein de la représentation nationale. Il faut que tous les députés représentent le même nombre de populations. Ce n'est pas le cas aujourd'hui. Certains députés représentent deux à trois fois plus de populations que d'autres députés ».


Lire la suite sur RFI