Législatives au Sénégal: un sursaut de participation en fin de journée

Quelque sept millions d'électeurs étaient appelés aux urnes ce dimanche 31 juillet pour renouveler 165 sièges de députés répartis en huit listes. Un scrutin clé pour la majorité comme pour l’opposition pour mesurer les rapports de force avant la présidentielle prévue en 2024. Les résultats sont en attente mais le pouvoir revendique « une victoire sans appel », dans 30 départements sur 46.

Avec notre correspondante à Dakar, Charlotte Idrac

Dans le centre de vote du quartier Medina, les quatorze bureaux ont fermé quelques minutes après 18h, l'heure de clôture officielle. En fin d'après-midi, il y a eu un petit afflux : les électeurs votent souvent à la dernière minute, a indiqué un responsable de bureau. Mais globalement, il n'y a pas eu d'affluence dans les centres visités à Dakar et en banlieue. Même chose dans d'autres villes du pays, selon plusieurs témoignages. Par exemple, à Ziguinchor, en Casamance, les autorités administratives faisaient état d'un taux de participation de 34% à 16h, mais on n'a pas à ce stade de taux de participation général.

Cependant, Yewwi Askan Wi semble confirmer sa percée des dernières élections locales de janvier. C’est la principale coalition de l’opposition menée par Ousmane Sonko qui lui-même n’a pas pu être candidat. L'opposition l’emporterait aussi dans le département de Ziguinchor en Casamance, avec sa tête de liste Guy Marius Sagna, leader du mouvement Frapp / France Degage. Sa principale adversaire de la coalition au pouvoir, Benno Bokk Yakaar a reconnu sa défaite.

À Dakar, le maire et tête de liste départementale Barthélemy Dias revendique la victoire. Il faisait même la fête avec ses militants en début de nuit dans les rues de la capitale, avec musique et klaxons.


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles