Législatives au Royaume-Uni : des conservateurs impopulaires et en bout de course

Alors que la campagne électorale est lancée, le Premier ministre conservateur Rishi Sunak semble promis à une défaite inéluctable. Après 14 ans au pouvoir, les "Tories" paraissent épuisés et divisés. L'inflation et le déclin des services publics de santé cristallisent le mécontentement des classes moyennes et populaires.

Pas de retour en arrière possible. Le Parlement britannique a été dissous jeudi 30 mai à la demande du Premier ministre conservateur Rishi Sunak, ouvrant la voie à des législatives anticipées prévues pour le 4 juillet.

"Ça semble un peu précipité. Mais qu’auraient fait les conservateurs six mois de plus au pouvoir ?", se demande Thibaud Harrois, maître de conférences en civilisation britannique contemporaine à l’université Sorbonne-Nouvelle. Le chercheur estime qu’"ils allaient droit vers une défaite". Des législatives étaient initialement prévue en janvier 2025, mais Rishi Sunak a annoncé le 22 mai qu’il avançait la date du scrutin.

Toutefois, estime le chercheur, ces élections anticipées peuvent aussi cacher "l’annonce de mauvais chiffres économiques à paraître et dont le Premier ministre ne souhaite pas porter le chapeau".

Des Tories épuisés

Aussi, de nombreux députés ont jeté l’éponge. Sur les quelque 129 députés qui ont annoncé qu'ils ne se représenteraient pas, figurent 77 conservateurs. Un exode sans précédent pour un parti au pouvoir.


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Au Royaume-Uni, le Parlement officiellement dissous en vue des législatives du 4 juillet
Royaume-Uni : Rishi Sunak annonce la tenue d'élections législatives le 4 juillet
Royaume-Uni : plus de 10 000 migrants ont traversé la Manche depuis le début de l'année, un record