Législatives au Liban: les candidats indépendants vont-ils réaliser une percée significative?

Les Libanais s'apprêtent à voter ce dimanche 15 mai pour désigner les 128 députés du Parlement de Beyrouth dans un pays en plein effondrement économique : 80% de la population vit désormais sous le seuil de pauvreté ; la monnaie a perdu 90% de sa valeur ; le quotidien des Libanais est rythmé par les coupures d'électricité et beaucoup choisissent de prendre le chemin de l'exil pour chercher un travail à l'étranger. Dans ce contexte, des candidats indépendants se présentent face aux puissants partis confessionnels qui se partagent le pourvoir depuis des décennies.

Avec notre envoyé spécial à Beyrouth, Nicolas Falez

Les candidats des listes indépendantes vont-ils réaliser une percée significative ? C’est l’un des principaux enjeux de ce scrutin.

Dans chacune des 15 circonscriptions du Liban, une ou plusieurs listes se réclament du « changement » et s’opposent aux grands partis traditionnels. La plupart se réclament du mouvement de contestation qui a éclaté en 2019 pour remettre en cause la classe politique et le système confessionnel.

► À lire aussi Législatives au Liban: dernières heures de campagne dans le Mont-Liban

On sent ces derniers jours un certain optimisme dans les rangs de ces nouvelles formations. Un optimisme nourri par le vote des expatriés la semaine dernière. Les résultats de ces votes ne sont pas encore connus dans le détail, mais plusieurs sources nous ont confié que la participation importante constituait un bon signal pour tous ceux qui veulent défier les grands partis libanais.

Un succès de ces listes indépendantes leur permettrait de former un bloc parlementaire, mais on sait déjà que la majorité des 128 sièges du Parlement de Beyrouth reviendra aux partis traditionnels tels que le Hezbollah chiite et ses alliés, ou encore les partis chrétiens, très divisés entre eux.

► À lire aussi La colère des Libanais face à une crise économique qui s'éternise à la veille des législatives

Une inconnue toutefois : le vote des musulmans sunnite puisque la principale figure politique de ce camp, l’ancien Premier ministre Saad Hariri et son parti ont renoncé à se lancer dans cette bataille des élections législatives.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles