Législatives anticipées : les chefs de LR se réunissent au Sénat pour déterminer la stratégie du parti

A la croisée des chemins et après l’annonce de la dissolution, les principaux représentants de LR se réunissent ce lundi à 17 h 30 pour déterminer la marche à suivre pour cette nouvelle campagne. Gérard Larcher, Éric Ciotti, Bruno Retailleau et Olivier Marleix doivent donc, selon les informations du Figaro, plancher sur une stratégie pour les législatives anticipées. Dos au mur, Les Républicains semblent coincés entre un Rassemblement national qui atteint des niveaux historiquement hauts (31,4 % contre 7,2 % pour LR) et le camp du président de la République. 

Pas d’alliance avec Renaissance 

Après une première réunion entre les parlementaires de LR, l’entrevue entre les présidents des groupes parlementaires, le président du Sénat et le président de LR devrait acter le rejet d’une stratégie d’alliance. « Il est hors de question de rentrer dans une forme d’alliance avec un pouvoir qui a mis la France dans un tel état. Le pays a exprimé un vote d’opposition très clair, très ferme, au président de la République. » déclarait dès dimanche soir Éric Ciotti. 

La rumeur d’une coalition avec Renaissance après les européennes circulait tout comme la possibilité de déposer une motion de censure, une menace brandit à plusieurs reprises par Éric Ciotti. Si le nom de Gérard Larcher était évoqué pour diriger un gouvernement de coalition entre les macronistes et LR, l’idée est aujourd’hui exclue. Néanmoins, les parlementaires et cadres du parti restent divisés sur la question et alors que le sarkozyste et maire de La-Baule-Escoublac, Franck Louvrier, plaidait pour une coalition avec Emmanuel Macron, d’autres préfèrent regarder sur leur droite. Selon Le Figaro, certains parlementaires LR pourraient être tentés de rejoindre la formation de Jordan Bardella pour sauver leur siège.