Législatives. En Allemagne, la campagne électorale est trépidante, n’en déplaise aux grincheux

·1 min de lecture

À six semaines des élections législatives, les trois principaux candidats à la chancellerie sont toujours au coude-à-coude. Pour la Tageszeitung, ce suspense est signe de renouveau en Allemagne, seize ans après l’arrivée au pouvoir d’Angela Merkel.

“Y a quelqu’un qui a dit ‘on s’ennuie’ et ‘la campagne ne décolle pas’ ?” demande Ulrike Winkelmann dans les pages de la Tageszeitung. La rédactrice en chef du journal de gauche en a assez des râleurs, qui ne cessent de dénigrer la campagne électorale allemande. “Ces ‘entrées en campagne’, qu’est-ce que c’est nul ! Et puis ces affiches, ‘toujours les mêmes’, plus personne ne peut les voir, non ?” Elle en a plus qu’assez.

Car la course à la chancellerie est loin d’être ennuyeuse depuis l’annonce du départ d’Angela Merkel, assure la journaliste. À un mois et demi des élections législatives, les principaux candidats – le chrétien-démocrate Armin Laschet, le social-démocrate Olaf Scholz et la chef de file des Verts Annalena Baerbock – ont encore tous trois leurs chances de l’emporter. Leurs partis sont respectivement crédités de 23 % des voix pour la CDU-CSU, 21 % pour le SPD et 19 % pour les Verts, selon le dernier sondage RTL/ntv.

Renouveau post-Merkel

Ces chiffres peuvent encore changer, explique-t-elle. Une grande partie des électeurs allemands demeurent indécis, alors que les débats font rage autour

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles