Législatives en Afrique du Sud : l'ANC perd sa majorité absolue

Le Congrès national africain (ANC), qui règne sur l'Afrique du Sud depuis trente ans, a perdu pour la première fois sa majorité absolue au Parlement, les résultats quasi complets des législatives ne laissant plus de place au doute. La nouvelle Assemblée nationale siègera courant juin pour élire le prochain président du pays.

Après trente ans de règne en Afrique du Sud, le Congrès national africain (ANC), au pouvoir depuis l'avènement de la démocratie et l'élection de Nelson Mandela en 1994, a perdu, samedi 1er juin, sa majorité absolue à l'Assemblée nationale.

Selon les résultats quasi complets de la Commission électorale, à plus de 99,5 % du dépouillement à 14 h GMT, le parti historique recueille 40,21 % des voix et enregistre un revers cinglant, plongeant nettement sous la barre critique des 50 %.

La plus grande formation d'opposition (Alliance démocratique, DA) rassemble 21,79 % des suffrages exprimés. Le parti uMkhonto weSizwe (MK) de l'ex-président Jacob Zuma, né seulement quelques mois avant le scrutin, réalise une performance à 14,61 %, tandis que les radicaux de gauche des Combattants pour la liberté économique (EFF) restent à 9,48 %.

Les résultats définitifs du scrutin le plus disputé de l'histoire démocratique du pays doivent être annoncés dimanche.

Pire, la confiance s'est envolée à mesure qu'ont éclaté ces dernières années de multiples scandales de corruption impliquant des hauts dirigeants du parti et nourrissant les gros titres.


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
L'ANC sous la barre des 50%, l'Afrique du Sud se dirige vers une coalition
Législatives en Afrique du Sud : l'ANC en net recul, selon des premiers résultats partiels
Afrique du Sud : cote d'alerte pour l'ANC ?