Législatives 2024 : pour le Nouveau Front populaire, le plus dur commence

L’alliance de gauche est arrivée en tête des élections législatives anticipées dimanche soir et revendique désormais de gouverner malgré sa majorité relative. Même si Emmanuel Macron y consentait, la tâche s’annoncerait très ardue : elle devrait s'accorder sur le nom d'un Premier ministre et, surtout, trouver une façon de gouverner.

Elle voulait faire barrage à l’extrême droite, elle se retrouve aux portes de Matignon. Avec 182 députés élus à l’Assemblée nationale dimanche 7 juillet, l’union de la gauche réunie sous la bannière du Nouveau Front populaire (NFP) est arrivée en tête du second tour des élections législatives anticipées, devançant la coalition présidentielle Ensemble (168 députés), le Rassemblement national et ses alliés (143 députés) et le parti Les Républicains (45 députés). Mais pour le NFP, qui est toutefois très loin d’une majorité absolue, le plus dur commence.

Car le simple fait de gouverner n’est pas acquis et il s’agit d’abord pour la gauche d’imposer à Emmanuel Macron un Premier ministre issu de ses rangs. Le président de la République a fait connaître sa position après les premiers résultats dimanche soir. "Prudence et analyse des résultats : la question est qui pour gouverner désormais et atteindre la majorité", a fait savoir son entourage tout en se félicitant du score meilleur que prévu du camp présidentiel.


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Le Nouveau Front populaire en tête, désillusion de l'extrême droite, mais qui pour gouverner ?
À travers la France, des milliers de personnes célèbrent le score de la gauche aux législatives
Après des législatives décevantes, Marine Le Pen juge que la victoire du RN "n'est que différée"