Législatives 2024 : le nombre d'inscrits aurait largement baissé au second tour, preuve d'une "fraude" ? C'est faux

Le second tour des élections législatives anticipées a permis au Nouveau Front Populaire de devenir la première force politique de la prochaine Assemblée nationale, devant le camp présidentiel et le Rassemblement national et ses alliés. Au premier tour, le parti d'extrême-droite était arrivé en tête avec 33% des suffrages. Le scrutin a été marqué par une large participation mais pour certains internautes, les données officielles montreraient que l'élection a été marquée par une "fraude". En effet, selon eux, le nombre d'inscrits sur les listes électorales aurait subitement chuté de 6 millions et le taux d'abstention ne correspondrait pas aux statistiques. En réalité, ces 6 millions de Français étaient inscrits dans des circonscriptions où le député a été élu au premier tour. Ils n'étaient donc pas concernés par le second. Par ailleurs, le taux d'abstention communiqué par les autorités correspond bien aux chiffres bruts des votants.

Dimanche 7 juillet s'est tenu le second tour des élections législatives anticipées, quatre semaine après la dissolution, à la surprise générale, de l'Assemblée nationale par Emmanuel Macron en réponse à la victoire historique de l'extrême droite aux européennes (lien archivé ici).

Le Nouveau Front Populaire (NFP) est devenu la première force politique de la prochaine Assemblée nationale en obtenant 178 sièges (lien archivé ici). Cette coalition comprend notamment 74 députés de La France Insoumise (LFI), 64 socialistes et 33 écologistes et apparentés.

Donné troisième dans les enquêtes d'opinion de l'entre-deux tour, le camp présidentiel (les élus Ensemble, UDI et Horizons) est finalement arrivé deuxième avec 159 sièges.

Arrivé en tête au premier tour, le bloc d'extrême droite (Rassemblement national et ses alliés) n'est finalement que troisième avec 143 sièges (notamment 125 sièges pour le RN et 17 pour ses alliés ciottistes). C'est toutefois 36 sièges supplémentaires par rapport au nombre déjà inédit de 89 députés RN à la précédente assemblée.

Comme au premier tour (66,71%), la population s'est fortement mobilisée: deux tiers des inscrits (66,63%) se sont rendus aux urnes.

C'est la plus forte participation à un second tour de législatives depuis le scrutin de 1997, qui avait porté le socialiste Lionel Jospin à Matignon (71,07%). Elle n'avait depuis cessé de baisser, jusqu'à son plus bas historique en 2017, à 42,64%.

Mais selon certains internautes, ce scrutin aurait été émaillé d'irrégularités au niveau du nombre de votants. Le narratif qui voudrait que les élections dans les démocraties occidentales soient "truquées" est devenu récurrent ces dernières années -en particulier depuis la défaite de Donald Trump à la présidentielle américaine de 2020.

"D'après le site vie publique 43 328 539 inscrits sur les listes au 7/07/2024 D'après le site de l'INSEE : 49 339 714 inscrits au 08/05/2024 Où sont passés les 6 011 175 absents ? Morts ?", s'interrogent sur X, Facebook et Telegram plusieurs internautes.

De plus, "66,63% de 49 339 714 inscrits, ça donne 32 874 051 votants... Et on nous en annonce 39 476 669 !", ajoutent ces messages.

<span>Captures d'écran réalisées sur Facebook (à gauche) et Telegram (à droite) le 09/07/2024</span>
Captures d'écran réalisées sur Facebook (à gauche) et Telegram (à droite) le 09/07/2024

Pour appuyer leurs affirmations, ils partagent un tableau censé montrer ces anomalies statistiques. "Un simple calcul de % nous démontre la fraude", est-il inscrit en haut à droite.

Mais comme nous allons le voir, il s'agit de mauvais calculs et d'interprétations trompeuses de certaines données.

Des députés élus dès le premier tour

L'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) précise bien sur son site qu'au 8 mai 2024, 49.339.714 électeurs étaient inscrits sur les listes électorales françaises (lien archivé ici).

<span>Capture d'écran réalisée sur le site de l'Insee le 09/07/2024</span>
Capture d'écran réalisée sur le site de l'Insee le 09/07/2024

De leur côté, le site Vie Publique et le ministère de l'Intérieur évoquent le nombre de 43.328.507 inscrits pour le second tour des législatives.

En effet, 76 députés (dont 39 du Rassemblement national) ont été élus dès le premier tour des législatives puisqu'ils ont obtenu la majorité absolue, comme l'explique cet article de LCP (lien archivé ici).

Les 6 millions de "voix manquantes" évoquées dans les publications que nous examinons sont donc en réalité des électeurs qui n'ont pas eu besoin de se déplacer dans leur bureau de vote dimanche 7 juillet.

Selon un décompte réalisé par l'AFP établi à partir des données publiques du ministère de l'Intérieur, ces 76 circonscriptions représentent précisément 6,01 millions de personnes inscrites sur liste électorale, soit une moyenne de 79.000 par circonscription.

Les données du ministère de l'Intérieur pour le premier tour évoquaient d'ailleurs bien 49,3 millions d'inscrits sur les listes électorales, en phase avec les statistiques de l'Insee.

<span>Capture d'écran réalisée sur le site Vie Publique le 09/07/2024</span>
Capture d'écran réalisée sur le site Vie Publique le 09/07/2024

Abstention mal comprise

Le deuxième point soulevé par les internautes concerne le taux de participation pour le second tour. Selon les publications virales, "66,63% de 49 339 714 inscrits, ça donne 32 874 051 votants... Et on nous en annonce 39 476 669" de votants, ce qui donnerait un taux de participation de 80%, bien supérieur aux communications officielles.

Une nouvelle fois, il est nécessaire de s'appuyer sur le bon nombre d'inscrits, à savoir 43,3 millions, pour calculer le vrai taux de participation. Selon les données officielles, il y a eu 28.867.759 votants le 7 juillet, soit un taux de participation de 66,63%.

<span>Capture d'écran réalisée sur le site du ministère de l'Intérieur le 09/07/2024</span>
Capture d'écran réalisée sur le site du ministère de l'Intérieur le 09/07/2024

Les 39 millions de votants avancés par ces internautes n'ont jamais figuré sur une quelconque communication officielle. Il s'agit en réalité d'un calcul additionnant les voix pour les trois gros blocs de la nouvelle Assemblée nationale (NFP, Ensemble, RN et alliés), les votes blancs et nuls ainsi que le nombre d'abstentions.

<span>Capture d'écran réalisée sur Facebook 09/07/2024</span>
Capture d'écran réalisée sur Facebook 09/07/2024

On voit donc dans ce tableau ci-dessus que les abstentionnistes sont comptés comme des votants, ce qui est contradictoire en soi.

De plus, cette addition exclut tous les candidats ne faisant pas partie des trois blocs principaux. Or, selon le ministère de l'Intérieur, 22 nuances politiques étaient représentées lors de ce scrutin, et la plupart ont remporté au moins un siège de député.

En tout, ces candidats non inclus dans ces chiffres ont obtenu 3,8 millions de voix lors du second tour des législatives anticipées.

Ce n'est pas la première infox visant ce scrutin.

Après le premier tour, des internautes avaient assuré que le nombre de procurations aurait été "quatre" voire "six" fois supérieur à 2022, laissant entendre que cela était synonyme de "fraude". Mais il s'agissait d'une donnée partielle mal interprétée : au total, 2,8 fois plus de procurations qu'en 2022 ont été enregistrées avant le 30 juin, selon le ministère de l'Intérieur. Une nette augmentation qui s'explique par le caractère inattendu d'élections à très forts enjeux politiques organisées en période de vacances scolaires, selon les politologues interrogés.

Pour des élections législatives, le Conseil constitutionnel, juge électoral peut être saisi pour des contestations dans un délai de 10 jours suivant la proclamation des résultats, généralement dans des cas où il existe un faible écart de voix entre les candidats (lien archivé ici). Il avait ainsi publié en 2022 une liste de 91 recours effectués contre les résultats des législatives de juin 2022 (lien archivé ici).

Ces recours avaient abouti à l'annulation des opérations électorales dans huit circonscriptions.