Législatives 2024 : François Hollande n’a pas d’opposant de la majorité, mais elle ne le soutient pas pour autant

POLITIQUE - « Éviter la victoire du RN », mais aussi celle de François Hollande. La majorité ne présente pas de candidat aux législatives dans une soixantaine de circonscriptions, dont celle de François Hollande a affirmé ce lundi 17 juin sur RTL Gabriel Attal. Mais le camp ne soutiendra pas pour autant l’ancien président socialiste et préfère se positionner en faveur de son adversaire LR.

Législatives 2024 : comme François Hollande, ces candidats (de tous bords) sont sans concurrent de la Macronie

François Hollande, qui se présente dans la 2e circonscription de Corrèze, est « candidat dans l’alliance France Insoumise et donc évidemment, ce n’est pas cette alliance-là qu’on souhaite voir gagner pour le pays », a précisé Gabriel Attal, pour qui « il y a d’autres candidats dans la circonscription (de M. Hollande, ndlr) plus à même d’éviter la victoire du RN ». Il a cité Francis Dubois, candidat de la droite, « qui le permet dans de meilleures conditions », comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article.

« Pathétique »

Dans un premier temps, une source de la majorité avait annoncé ne pas présenter d’adversaire face à François Hollande par « respect de [son] ancienne fonction ». Mais en réalité, c’est pour mieux le combattre et pouvoir pointer ses contradictions.

Le gouvernement n’a pas mâché ses mots pour qualifier la décision du socialiste. Éric Dupond-Moretti a par exemple jugé sur France 2 ce lundi que la candidature de François Hollande est « pathétique ». « Et encore le mot est faible parce que Monsieur Hollande se retrouve de facto allié de Monsieur Poutou qui applaudit des deux mains quand on brûle un commissariat de police et de Raphaël Arnault, fiché S », a justifié le ministre de la Justice.

« Je trouve que c’est indigne de lui », a également considéré sa collègue Rachida Dati sur Sud Radio ce 17 juin, prenant aussi le même exemple de Philippe Poutou devenu un élément de langage de la macronie pour réagir à l’annonce de l’ancien président.

Quant à Bruno Le Maire, c’est sur le terrain économique qu’il a attaqué la candidature de François Hollande, jugeant notamment curieux qu’il soit candidat pour la retraite à 60 ans alors qu’il « a engagé une réforme des retraites visant à travailler davantage ».

À voir également sur Le HuffPost :

Législatives 2024 : François Hollande et Philippe Poutou deviennent les punching-balls des macronistes

Législatives 2024 : Bardella Premier ministre ne ferait pas mieux qu’Attal, pour 7 Français sur 10 - SONDAGE EXCLUSIF