Législatives 2024 : Éric Zemmour ne sera pas candidat pour « ne pas faire barrage » au RN

Éric Zemmour ne sera pas candidat aux élections législatives anticipées, a-t-il déclaré mardi 11 juin sur Cnews.
capture d’écran Cnews Éric Zemmour ne sera pas candidat aux élections législatives anticipées, a-t-il déclaré mardi 11 juin sur Cnews.

POLITIQUE - Ils ont beau l’avoir éconduit, il leur laisse le champ libre. C’est en substance ce qu’a fait comprendre Éric Zemmour ce mardi 11 juin sur CNews, expliquant qu’il ne serait pas candidat aux élections législatives anticipées du 30 juin et 7 juillet, préférant laisser la place à l’éventuelle élection d’un député RN dans sa circonscription.

Législatives 2024 : Marion Maréchal déplore le refus de Jordan Bardella et du RN de nouer un accord

Comme vous pouvez l’entendre ci-dessous, le président du parti Reconquête s’est montré clair sur sa décision : « Dès dimanche soir, j’ai appelé à une coalition des droites (...) Et dès dimanche soir, j’ai décidé que je ne me représenterai pas aux législatives. »

Avant de justifier : « Dans ma circonscription de cœur, le Var, il y a un sortant du Rassemblement national, et je ne voudrais pas faire barrage à l’élection d’un député du RN. »

Bardella boude Zemmour

Si Éric Zemmour et Marion Maréchal, tête de liste Reconquête lors des élections européennes, ont fait des appels du pied au RN pour former une alliance pour les législatives, les discussions avec le parti présidé par Jordan Bardella ont tourné court. « Jordan Bardella m’a informée cet après-midi d’un changement de position et du refus du RN du principe même d’un accord », a ainsi regretté Marion Maréchal, dans un communiqué publié ce mardi, au lendemain d’une rencontre médiatisée avec le président du RN, disant ne pas comprendre l’argumentaire du parti lepéniste.

Invité au 20 heures de France 2 ce mardi soir, Jordan Bardella a de nouveau justifié son refus d’être associé avec Reconquête : « Les discussions avec Marion Maréchal n’ont pas abouti car il faut de la confiance. Les prises de position d’Éric Zemmour ont rendu les conditions d’un accord caduc. » Suffisant pour imaginer qu’Éric Zemmour renonce à se présenter aux législative dans un geste d’apaisement ?

S’il tourne le dos à Reconquête, le RN a en revanche tendu la main aux Républicains. « J’ai lancé un appel à toutes les formations politiques patriotes autour du Rassemblement national qui veulent venir contribuer à cette majorité de redressement » et « je me félicite qu’Éric Ciotti (y) ait répondu favorablement », s’est enorgueilli Jordan Bardella sur France 2. Éric Ciotti, le patron des Républicains est quant à lui appelé à démissionner par les ténors de LR après avoir acté son alliance avec le RN. Une preuve de plus, s’il en fallait, que les familles politiques se recomposent à une vitesse grand V à moins de 20 jours de l’échéance électorale précipitée par la dissolution de l’Assemblée nationale au sortir des européennes.

À voir également sur Le HuffPost :

Législatives 2024 : Les doutes d’Édouard Philippe quant au rôle cardinal d’Emmanuel Macron dans la campagne

Raphaël Glucksmann et le nouveau front populaire : un dilemme impossible pour l’eurodéputé