Législatives 2024 : Éric Ciotti veut consulter les militants sur son accord avec le RN… mais après les élections

Ciotti (ici le 17 juin 2023) veut consulter les militants sur son accord avec le RN... mais après les élections.
LUDOVIC MARIN / AFP Ciotti (ici le 17 juin 2023) veut consulter les militants sur son accord avec le RN... mais après les élections.

POLITIQUE - Le traître des horloges ? Quelques heures après avoir été démis de ses fonctions par les ténors de son parti ce mercredi 12 juin, le président revendiqué des Républicains Éric Ciotti s’est défendu sur CNews, en maintenant son souhait de faire alliance avec le Rassemblement national (RN) aux élections législatives.

Législatives 2024 : Marion Maréchal fait sécession d’Éric Zemmour et appelle à voter pour les candidats du RN

Le député sortant des Alpes-Maritimes a également indiqué qu’il souhaitait soumettre cet accord controversé aux votes des militants du parti. « Je souhaite que les militants soient consultés, cela dépend des instances légales du parti, mais tout cela c’est de la tambouille interne », a-t-il d’abord certifié.

Relancé sur la date de cette consultation, Éric Ciotti a fini par évoquer un « congrès » du bout des lèvres qui servirait à clarifier la ligne et demander leur avis aux militants. Mais il ne sera pas organisé avant les élections législatives.

Ciotti fustige les « planqués » dans son camp

« Je souhaite qu’il y ait un congrès qui donne la parole aux militants (...) après les élections législatives, on ne va pas perturber nos élections », a-t-il ainsi expliqué, en accusant « ses amis » chez Les Républicains, les « planqués » ou ceux « qui ont toujours perdu toutes les élections », d’avoir « pris des initiatives » qui « donnent une image de division ».

De quoi alimenter le psychodrame spectaculaire qui secoue la droite. Après une réunion décisive tenue à Paris quelques heures plus tôt en présence de tous les cadres du parti gaulliste, le député des Alpes-Maritimes a été exclu à l’unanimité, la secrétaire générale Annie Genevard dénonçant sa position « en rupture totale avec les statuts et la ligne portés par Les Républicains ».

« Les Républicains présenteront des candidats aux Français dans la clarté et l’indépendance » pour les élections législatives, a assuré Annie Genevard, qui partagera la gouvernance du mouvement avec François-Xavier Bellamy, la tête de liste des européennes.

Mais contre vents et marées, le patron continue de s’accrocher à son siège. « Je suis et reste le président de notre formation politique, élu par les adhérents », a répliqué Éric Ciotti sur CNews, ajoutant que 80 candidats se réclamant de sa démarche se présenteraient aux législatives.

La commission d’investiture qui s’est déroulée dans la foulée du bureau des ténors a reconduit les députés sortants de LR qui se représentent, soit 59, à l’exception de leur président exclu, Éric Ciotti, et d’une de ses proches, Christelle D’Intorni. Un candidat de la droite sera même présenté contre l’ancien ou actuel président LR dans sa propre circonscription à Nice, a indiqué le chef des députés LR Olivier Marleix.

À voir également sur Le HuffPost :

Emmanuel Macron n’avait qu’un mot à la bouche pendant sa conférence de presse sur les législatives

Législatives 2024 : Olivier Dussopt, ex-ministre du Travail ne se représente pas (alors qu’il était investi)