législatives 2022: Les Républicains clarifient (un peu) leur position

Alors que Bruno Retailleau refuse toute consigne de vote, Christian Jacob appelle du bout des lèvres à ne pas voter pour les extrêmes.

POLITIQUE - Pas de consigne de vote, mais un tout petit peu quand même. Lors d’une conférence de presse donnée ce mardi 7 juin, le président des Républicains, Christian Jacob, a été interrogé sur la position du parti dans le cas où ses candidats ne se qualifieraient pas au deuxième tour des élections législatives.

“On a toujours eu une position très claire, c’est le refus des extrêmes”, a répondu le patron du parti de droite, citant notamment la Nupes de Jean-Luc Mélenchon, avant d’insister: “pas une voix pour les extrêmes”. Un discours un brin plus clair que celui tenu plus tôt dans la matinée par le président du groupe LR au Sénat, Bruno Retailleau.

“Beaucoup de nos électeurs voteront sans doute Macron face à la Nupes mais nous ne donnerons pas de consigne de vote car les consignes de vote ça ne fonctionne plus, ça énerve même les gens. Les gens sont autonomes”, a déclaré sur France 2 l’élu vendéen, expliquant que ce principe valait également pour les duels LREM/RN: “pas de consigne de vote”.

Un flou qui révèle les fractures internes au sujet de la position à adopter dans ce genre de cas. Pour le deuxième tour de l’élection présidentielle, Valérie Pécresse avait appelé pour Emmanuel Macron, à l’inverse d’autres responsables LR, comme Éric Ciotti où le président de la branche jeune du parti (aujourd’hui candidat aux élections législatives) Guilhem Carayon.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

VIDÉO - Législatives : Marine Le Pen va t-elle être élue au premier tour ?

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles