Législatives 2022: La NUPES ciblée par la nouvelle campagne d'Ensemble

Photo d'illustration de Jean-Luc Mélenchon au Parlement de la NUPES le 30 mai 2022. (Photo: STEPHANE DE SAKUTIN via Getty Images)
Photo d'illustration de Jean-Luc Mélenchon au Parlement de la NUPES le 30 mai 2022. (Photo: STEPHANE DE SAKUTIN via Getty Images)

Photo d'illustration de Jean-Luc Mélenchon au Parlement de la NUPES le 30 mai 2022.  (Photo: STEPHANE DE SAKUTIN via Getty Images)

POLITIQUE - Ni dupes ni NUPES. À onze jours du premier tour des législatives, la majorité présidentielle, réunie sous la bannière Ensemble, tire à boulet rouge sur l’alliance de gauche, sa principale rivale dans les sondages.

Ce mercredi 1er juin, plusieurs candidats et cadres de la majorité ont partagé la nouvelle campagne sur les réseaux sociaux. Elle ne fait pas la promotion de leurs candidats investis qui d’ailleurs n’apparaissent pas sur les visuels, pas plus que l’étiquette Ensemble ou Emmanuel Macron.

À la place, des images de Jean-Luc Mélenchon, chef de file de l’alliance et le détricotage des propositions phares de la NUPES, radicalement opposés aux positions de la majorité. “Nous ne sommes pas dupes”, clament les affiches, dans un jeu de mots évident décliné en hashtag.

Retraites, Europe, sécurité, écologie ou encore laïcité, le procédé est toujours le même: les affiches des candidats Ensemble insistent sur les conséquences - néfastes selon eux - du programme adverse en cas de majorité à l’Assemblée.

“Mélenchon au pouvoir, c’est la sortie du nucléaire. C’est une multiplication des coupures d’électricité. C’est l’explosion de nos émissions de gaz à effet de serre comme en Allemagne”, peut-on par exemple lire. Sur ce point pourtant, conscient des avis divergents en son sein - LFI est pour une sortie du nucléaire, EELV et le PCF sont contre - le programme NUPES ne tranche pas, Jean-Luc Mélenchon proposant un référendum sur le sujet en cas de victoire.

#StopponsMacron réplique la NUPES

Cette campagne a profondément déplu au Premier secrétaire du PS Olivier Faure. “En plein fiasco suite à la finale de la Ligue des Champions, il fallait oser... et à part ne pas être NUPES vous êtes quoi à LREM?”, tacle le socialiste en réponse au chef du groupe LREM à l’Assemblée Christophe Castaner.

La majorité présidentielle n’est cependant pas la seule à passer à l’attaque. Ce mercredi, la NUPES a également lancé sa campagne “Stoppons Macron”. Le procédé est sensiblement identique à celui de leurs adversaires, si ce n’est qu’il cible le bilan du président sortant. “Condamné pour inaction climatique”, ”baisse des APL”, “suppression de l’ISF”, scandent les Insoumis sur leurs visuels.

À l’approche du scrutin, les coups pleuvent des deux côtés. Lundi, la Première ministre  Élisabeth Borne a renvoyé dos-à-dos la NUPES et le Rassemblement National. Ce mercredi, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a qualifié Jean-Luc Mélenchon de “Chavez gaulois” dans une interview au Figaro.

En réponse, les cadres LFI se sont appliqués à étriller point par point l’intervention du ministre le même jour sur France Inter. En ciblant particulièrement les thèmes clés de la campagne, comme le pouvoir d’achat ou la très controversée réforme des retraites. “La macronie paniquée par la percée NUPES. Il oublie de dire que l’on mange des riches au petit-déjeuner”, a raillé la députée Insoumise Clémentine Autain sur Twitter.

À voir également sur Le HuffPost: Législatives: La NUPES a présenté son programme, on vous raconte

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles